Maroc : Lancement d’un programme de promotion de l’innovation à Souss-Massa

0

Dans le cadre du programme Smart Bank, le groupe Bank of Africa vient d’annoncer le lancement d’un appel à idées ou projets innovants à Souss-Massa. Initié en collaboration avec l’Université Ibn Zohr et le Centre régional d’investissement (CRI) de la région, ce programme s’adresse à tout porteur d’une idée ou d’un projet innovant souhaitant bénéficier d’un accompagnement quelle que soit la phase de développement de son projet. Dans le détail, les participants au programment bénéficieront de conseils, de formations et même de la possibilité de concrétiser leur projet- ou de le développer selon sa progression– soit en intégrant le programme d’incubation interne de Bank of Africa, soit en rejoignant l’un de ses incubateurs Blue Space ou l’incubateur de l’Université -Cité de l’innovation- ou encore un incubateur partenaire. Ce programme d’innovation et de créativité est basé sur des challenges régionaux et nationaux récompensant par des trophées les meilleures idées de projet. Pour cette édition 2021, les finalistes issus de ces quatre régions seront confrontés à ceux des régions de : Marrakech-Safi – Méridional, Oujda-Oriental, Fès/Meknès – Centre, Rabat – Centre atlantique, et Casablanca. A noter que le programme Smart Bank est initié également avec les CRI Guelmim-Oued Noun, Laayoune-Sakia EL Hamra et Dakhla-Oued Ed-Dahab, informe lematin.ma.

CES 2021 : Samsung présente ses dernières innovations pour une « meilleure normalité »

Samsung améliore l’expérience domestique avec des produits tel que le Réfrigérateur Samsung Bespoke 4-Door Flex, le Téléviseur MICRO LED 110 pouces et l’Aspirateur JetBot 90 AI + Poursuivant ses efforts de développement durable, Samsung annonce le Galaxy Upcycling at Home et l’expansion de l’éco-emballage pour les produits TV en 2021. Samsung Electronics a partagé sa vision du futur lors du Salon de l’électronique grand public (CES) 2021. La société a présenté de nouveaux produits lors de sa conférence de presse virtuelle, soulignant comment elle continue d’innover en créant des solutions flexibles, intelligemment connectées et utilisant l’IA pour comprendre le contexte afin de rendre la vie quotidienne simple et fluide. « Notre monde parait différent, et beaucoup d’entre vous ont été confrontés à une nouvelle réalité – une réalité dans laquelle, entre autres, votre maison a pris une plus grande importance», a déclaré Sebastian Seung, Président et Responsable de Samsung Research, le Pôle de R&D avancé de la société qui dirige le développement des futures technologies pour SET (produits finaux) de Samsung Electronics, en répondant aux efforts de la société pour améliorer l’expérience technologique à domicile. «Nos innovations sont conçues pour offrir des expériences plus personnelles et plus intuitives qui expriment votre personnalité. Nous travaillons dur pour vous apporter l’innovation de nouvelle génération, avec l’IA comme principal catalyseur, pour rendre votre avenir meilleur. » Comme les gens ont passé plus de temps chez eux l’année dernière, la technologie qu’ils désiraient, est devenue la technologie dont ils avaient besoin. En adoptant cette technologie, les gens ont fini par comprendre les nombreuses façons dont les solutions connectées pouvaient faciliter la vie. Les téléviseurs étaient indispensables pour le divertissement – et parfois, le fitness. Les ordinateurs Chromebooks sont devenus des outils essentiels pour l’apprentissage à domicile. Les réfrigérateurs intelligents ont facilité les achats à distance ainsi que la préparation des repas. Tandis que les smartphones étaient indispensables, renseigne consonews.ma.

Blockchain : La réglementation rattrapera-t-elle l’innovation technologique ?

La technologie de rupture blockchain apporte des innovations dans certaines opérations telles que les security token offering (STO) et la monnaie digitale de banque centrale (MDBC). Dans ce cadre d’évolution technologique, les régulateurs sont tributaires des innovations technologiques, en apportant leur lot de nouveautés réglementaires, tout en menant une analyse d’impact sur les réglementations existantes, avec comme ambition ultime la mise en avant du principe de neutralité technologique. La blockchain ou « chaîne de blocs » est une technologie de stockage et de transmission d’informations. Elle fonctionne sur la base d’enregistrement par bloc contenant des transactions. Lorsque celui-ci est validé, il rejoint la chaîne formée par les blocs précédents. La technologie blockchain permet de faciliter certains modes de financement déjà existants mais en crée aussi de nouveaux, avec une incertitude juridique variable. Parmi les modes de financement apparus avec la blockchain, les STO ou Security Token Offering, qui reprennent le principe d’une ICO (Initial Coin Offering), méthode de levée de fonds via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet. A la différence d’une ICO, une STO est une opération avec émission de jetons de titres auxquels sont attachés des droits juridiques de l’investisseur sur l’entreprise. Dans ce même cadre d’innovation technologique, La Banque de France a lancé début 2020 un programme d’expérimentations de monnaie digitale de banque centrale (MDBC). Il s’agit d’une monnaie accessible largement, digitale, émise par une banque centrale et basée sur un système de tokenisation. Elle serait déclinée en une monnaie centrale dite « de gros », utilisée exclusivement par la banque centrale et les banques commerciales ou d’autres institutions financières, et serait créée via une technologie de registre distribué, comme la blockchain. Cette monnaie serait déclinée également en une monnaie centrale dite « de détail », utilisable par le grand public. Dans ce cas, le recours à une technologie de registre distribué ne serait pas forcément nécessaire, relaye pour sa part finyear.com.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire