Préservation et valorisation des forêts d’Afrique centrale : une exposition de photographies à l’honneur

0

La forêt doit répondre à la fois à des enjeux économiques, sociaux et environnementaux – tout particulièrement dans les pays en développement. Pour qu’elle continue à être une source de revenus et un acteur écologique essentiel, elle doit être gérée de façon durable. Ainsi, la question qui taraude l’esprit est de savoir comment préserver et valoriser les forêts notamment celles d’Afrique centrale. C’est à cette question clé que l’exposition « L’Avenir des forêts est entre vos mains ! » apporte des éléments de réponse. Initiée par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et le Réseau de recherche pour les forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), elle a été inaugurée début février 2021 à l’Institut français du Cameroun, sous le haut patronage du ministère des Forêts et de la Chasse. Elle circulera dans la plupart des instituts français des pays d’Afrique centrale, précise un communiqué de presse du CIRAD consulté par VivAfrik.

Rappelons que les forêts du bassin du Congo constituent, après celui de l’Amazonie, le second plus grand bassin forestier de la planète. Mais ces forêts humides d’Afrique centrale sont mises à mal par l’intensification d’activités agricoles due à la pression démographique, des modes non durables d’exploitation du bois et parfois la multiplication d’investissements agro-industriels.

Afin de proposer et illustrer des pistes de gestion durable des ressources forestières, le CIRAD et le R2FAC ont imaginé une exposition de photographies grand public. Celle-ci circulera dans plusieurs pays d’Afrique centrale (Cameroun, Congo, République Démocratique du Congo, Gabon, République Centrafricaine), à travers le réseau des Instituts français et du R2FAC. Elle sera animée de conférences-débats, auxquelles participeront plusieurs chercheurs du CIRAD, et complétée par un « Parcours ludique » de sensibilisation à destination des plus jeunes (8-12 ans).

L’exposition « L’Avenir des forêts est entre vos mains ! » met en avant des solutions qui s’offrent aux populations pour valoriser au mieux leur patrimoine naturel et culturel. Elle est organisée en cinq parties qui montrent tout l’intérêt de :

1. Soutenir la formation et la recherche pour la gestion durable des forêts

Une meilleure connaissance de la dynamique des forêts, dans toute leur richesse et diversité, est indispensable pour prédire leur évolution dans un contexte de changement global climatique comme sociodémographique. Afin de mieux gérer cet espace au bénéfice des générations présentes et futures, la recherche et la professionnalisation du secteur sont deux leviers incontournables.

2. Investir dans les compétences du secteur informel

Le secteur informel représente un vivier impressionnant de compétences, qui mériteraient d’être mieux reconnues, appuyées et canalisées pour contribuer davantage au développement économique du pays.

« La forêt offre une très large gamme de métiers formels et informels, insuffisamment promus en Afrique centrale, souligne Guillaume Lescuyer, chercheur au CIRAD au Cameroun, à l’initiative de l’exposition. L’un de nos objectifs, à travers ces photos et conférences-débats, est de mettre en avant cette richesse, et montrer qu’investir dans la formation professionnelle mais aussi académique ne peut être que bénéfique pour l’avenir. »

3. Développer l’agroforesterie pour réduire la pression sur la forêt

L’agroforesterie offre des solutions prometteuses pour réduire la pression sur les forêts, en conciliant conservation des ressources forestières et développement agricole. Dans l’objectif de trouver un équilibre entre services environnementaux et productions multiples, de nombreuses initiatives puisent dans des méthodes agroforestières, mises en valeur par l’exposition.

4. Miser sur l’éco-responsabilisation des entreprises

Les entreprises font également évoluer leurs pratiques, sous la pression des marchés ou des Etats. Dans les secteurs du bois, des agro-industries, ou à une plus petite échelle, en agroforesterie, via des entrepreneurs nationaux un nombre croissant de firmes se dotent d’une politique de Responsabilité Sociale et Environnementale.

5. Parier sur la consommation verte

Les préoccupations des consommateurs pour l’empreinte environnementale des produits en Afrique centrale gagnent du terrain. Des hypermarchés, des boutiques spécialisées ou de petits producteurs péri-urbains s’engagent aujourd’hui dans cette voie, notamment par l’adoptionde labels de durabilité.

Au Cameroun, l’exposition « L’Avenir des forêts est entre vos mains ! » sera visible jusqu’au 27 février 2021 à l’Institut Français. Elle s’inscrit dans le cadre de l’agenda « COP Chez Nous 2021 » en préparation des COP 15 Biodiversité et COP 26 Climat.

Le Réseau de Recherche pour les Forêts d’Afrique Centrale, R2FAC, est un dispositif partenarial qui associe une dizaine d’institutions nationales de cinq pays d’Afrique centrale et des institutions de recherche et d’enseignement supérieur du Nord ou internationales –dont le CIRAD, à l’initiative de ce partenariat, a détaillé le communiqué du CIRAD.

Moctar FICOU / VivAfrik  

Laisser un commentaire