L’Allemagne et le Maroc planchent sur l’agriculture et la sylviculture

0

Les autorités Allemandes et Marocaines ont eu l’ingénieuse idée d’organiser un dialogue sur l’agriculture et la sylviculture. Le projet se concentre sur trois domaines prioritaires, qui ont été développés en conséquence en tant que composantes De celui-ci. Ces domaines ont été sélectionnés en raison de leur pertinence par rapport aux objectifs de développement du Maroc dans les secteurs de l’alimentation, de l’agriculture et de la sylviculture.

Le premier volet auquel le projet s’est intéressé est celui de l’agriculture biologique : L’objectif de la coopération est de permettre au gouvernement marocain de promouvoir et de contrôler efficacement l’agriculture biologique grâce à des cadres juridiques et institutionnels adaptés, des autorités compétentes et une stratégie de commercialisation. Il s’agit essentiellement de l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du secteur biologique ; de la révision de la législation, y compris les règlements d’application et l’élaboration d’une stratégie visant à développer le marché national et international des produits biologiques.

Quant au second volet, il s’intéresse à la Coopération inter-exploitations agricoles et forestières (IFAF). Son butest de renforcer le système global de coopération inter-exploitations agricoles et forestières et de mieux intégrer les petites et moyennes entreprises dans les cycles économiques locaux. À cette fin, des travaux sont menés au niveau de l’appui au ministère de l’Agriculture marocain pour le développement d’outils de gouvernance cohérents et systématiques pour le développement des groupements inter-exploitations ; l’autonomisation des services de vulgarisation agricole pour développer les structures des coopératives interentreprises en termes de développement organisationnel et managérial et la création de groupements inter-exploitations sélectionnés afin qu’ils puissent servir de modèles pour le développement ultérieur de groupements inter-exploitations dans d’autres secteurs et d’autres régions.

Pour sa part, le dernier volet jette son dévolu sur la Planification et la surveillance des forêts. Ce domaine s’appuie sur l’expérience du projet : « contribution à la gestion durable des peuplements de cèdres dans le parc national d’Ifrane » et fait avancer les résultats du projet. La collaboration se concentrera ici sur quatre domaines de services principaux : extension du système de traçabilité numérique du bois à tous les peuplements de cèdres du Maroc pour un contrôle plus efficace du commerce du bois et une réduction de l’exploitation illégale ; introduire des procédures de gestion et de planification forestière plus efficaces pour déterminer en toute sécurité les niveaux de récolte durable ; l’introduction de pratiques d’éclaircissage et de récolte adaptées, en accord avec les approches de traitement sylvicole, afin de promouvoir la qualité et l’accroissement et enfin, développer et promouvoir une approche régionale de la chaîne de valeur pour le cèdre, basée sur le modèle de la filière bois/forêt, en tenant compte des outils de promotion standard de l’industrie et des mécanismes du marché.

Le contrat actuel qui est d’une durée de 10/22 ans avec possibilité de prolongation de 3 ans débutera le 1er mai 2021.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire