Eau et assainissement : La BEI octroie 138 millions d’euros au Sénégal

0

Alors que le Sénégal fait face depuis plusieurs années à d’importantes pénuries d’eau et de déficit en infrastructures d’assainissement liquide et solide, l’Union européenne, par le biais de la Banque européenne d’investissement (BEI) vient de lui apporter un important soutien allant dans le sens de la résolution de ses difficultés. En effet, la BEI promet au gouvernement du Sénégal un financement de 138 millions d’euros. L’objectif est de l’accompagner pour la réalisation de projets d’eau et d’assainissement. «Il y a six mois, les inondations qui se sont abattues tragiquement sur le Sénégal ont illustré la vulnérabilité du pays face aux phénomènes météorologiques extrêmes, et au besoin d’avoir une approche intégrée couvrant à la fois l’eau et les déchets solides. «Aujourd’hui, le nouvel appui de la BEI dans ces deux secteurs contribue à préserver l’environnement et à renforcer la résilience du pays face à la pandémie et au changement climatique», a déclaré Ambroise Fayolle, Vice-président de la BEI. Les villes concernées pour la desserte en eau potable sont Saint-Louis au nord du pays, Kaolack au centre et Kolda au sud. Le gouvernement du Sénégal espère avec ce financement faciliter l’accès à l’eau des populations en réalisant davantage de branchements sociaux, notamment à l’intérieur du pays. En chiffres, l’objectif recherché est de permettre à quelque 634.000 habitants d’être connectés au réseau d’eau courante, soit l’équivalent de la population d’une ville comme Thiès. Il est également prévu d’effectuer jusqu’à 35.000 branchements pour desservir 350.000 personnes environ. A cela s’ajoute 4000 autres branchements subventionnés dans les trois villes cibles. Afin d’améliorer la gestion intégrée des déchets solides dans les villes du nord, du centre et de la Casamance, l’accord de financement appuiera également le projet «Sénégal Déchets Solides & Covid-19». Celui-ci vise à améliorer le taux de collecte des déchets solides dans plusieurs villes du pays, en le faisant passer au-dessus des 30% : ce qui bénéficiera à 20% de la population sénégalaise, soit 3,2 millions de personnes, souligne afrimag.net.  

La technologie idéale pour le remplacement de canalisations

L’éclatement est un procédé mondialement reconnu depuis 30 ans pour le remplacement de canalisation de pression et de dénivellement. L’ancien tube est ainsi remplacé dans la même trajectoire par un nouveau tube à diamètre égal ou supérieur. L’éclatement statique avec le GRUNDOBURST peut être réalisé en partant de la fouille de départ, dans les deux sens et sur une distance jusqu’à 150 mètres. Les affûts puissants et robustes GRUNDOBURST permettent le remplacement sans tranchée de tubes endommagés jusqu’au diamètre 1200 mm (ronds et ovales). Dans un premier temps, l’affût pousse les tiges d’éclatement à travers les anciens tubes. Les tiges QuickLock spécialement conçues ne sont pas vissées, mais emboîtées rapidement, efficacement et de manière stable. Ce système facilite considérablement la manutention sur le chantier. Les tiges QuickLock permettent également la réalisation de trajectoires légèrement courbées. Une fois les outils de découpe et le nouveau tube raccordés aux tiges, l’entraînement peut démarrer. Les affûts de traction GRUNDOBURST développent une force de traction comprise entre 40t et 250t. En plus du renouvellement entier de tubes avec le procédé d’éclatement statique, les affûts GRUNDOBURST polyvalents peuvent également être utilisés pour une remise en état partielle et la rénovation de tubes. Une grande sélection d’accessoires permet une mise en œuvre fiable et sans problème de ces procédés d’assainissement, note tracto-technik.ma. 

Véronique Ravaud est à la tête du syndicat de l’eau potable

Au cours de la réunion tenue à la salle socioculturelle, mercredi dernier, Véronique Ravaud a été élue présidente du Syndicat intercommunal d’adduction à l’eau potable (Siaep) Bourgogne Nivernaise, à la faveur d’un vote à bulletins secrets. Elle succède à Nicolas Sautereau. En introduction, la nouvelle présidente a évoqué son expérience au conseil municipal depuis 2001, à la présidence du syndicat d’eau de Varzy. « Retraitée depuis un an, j’ai la disponibilité nécessaire pour assurer ces deux missions, consciente de quitter l’activité d’un petit commerce pour la grande surface. Élue, je souhaite poursuivre l’action et la gestion des projets auprès des vice-présidents en place. » Seule candidate, elle a recueilli quarante-quatre voix (quatre bulletins blancs, un nul) des cinquante suffrages exprimés par les quarante-six délégués présents (quatre pouvoirs). « Merci de votre confiance qu’il me reste à mériter », a déclaré la présidente. Budget. Le budget sera voté lors du conseil syndical programmé au cours de la seconde quinzaine de mars 2021.     

Moctar FICOU / VivAfrik  

Laisser un commentaire