Protection de l’environnement : Les partenaires techniques et financiers satisfaits des progrès notés dans le secteur

0

La conseillère en climat au Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui s’exprimait mardi 28 avril 2021, au nom de ses pairs, lors d’un atelier de validation du rapport annuel de performance 2020, prévu pour deux jours (du 27 au 28 avril de l’année en cours) a soutenu que les partenaires techniques et financiers, s’activant dans le secteur de l’environnement relèvent des progrès pour certains indicateurs tout en invitant à une prise en compte de volets non ressortis dans la lettre de politique sectorielle du ministère de tutelle.

A ce propos, Ndèye Fatou Diaw Guène laisse entendre : « le bilan 2020 de ce secteur, révèle des progrès pour certains indicateurs, notamment les superficies de terre régénérées, la mise en œuvre de plans d’aménagements, la couverture des aires protégées ».

Malgré ce satisfécit, la conseillère en climat au PNUD regrette « quelques préoccupations en lien à la préparation de la prochaine lettre du secteur de l’environnement ». « Cette nouvelle lettre ne mentionne pas suffisamment la loi sur le littoral, laquelle, constitue une préoccupation de l’ensemble des acteurs et que le gouvernement et le ministère travaillent depuis quelques années », a déploré l’experte en climat.

Qui a également évoqué, la non prise en compte des enjeux et défis de l’exploitation prochaine du pétrole et du gaz. A l’en croire, « l’écotourisme est non seulement bénéfique pour l’environnement mais, offre beaucoup d’opportunités surtout dans le contexte d’insertions et d’emplois des jeunes au Sénégal ».

« La nouvelle lettre devrait aussi davantage insister sur l’économie verte qui constitue un enjeu de taille pour soutenir les efforts de développement tout en préservant le capital naturel pour les générations futures », a fait savoir Mme Guène.

Poursuivant son allocution, elle ajoute qu’« elle n’a pas assez ressorti, la problématique très aigüe des inondations récurrentes malgré les efforts et les financements considérables consacrés, par l’Etat du Sénégal et ses partenaires ».

Néanmoins, « les partenaires techniques et financiers félicitent le ministre en charge de l’Environnement pour la ratification, la publication de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) ainsi que les actions de vulgarisation engagées », a dit la conseillère en climat au PNUD.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire