Le Sénégal livre un bilan « exceptionnel » de la campagne agricole écoulée et fixe ses objectifs pour celle de 2021-2022

0

Le Gouvernement du Sénégal a encore récidivé et a tenu sa cinquième conférence de presse bimensuelle jeudi 29 avril 2021. Face à la presse, il y avait le ministre porte-parole du Gouvernement, Oumar Guèye, ses collègues chargés de l’Agriculture et de l’Equipement rural, le Professeur Moussa Baldé, et du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale, Samba Ndiobène Kâ.

Le ministre de l’Agriculture a profité de cette rencontre pour donner le bilan définitif de la production sénégalaise pour la campagne agricole écoulée. S’agissant du riz, la production définitive est estimée à 1 349 723 tonnes, soit plus de 30%. En ce qui concerne le mil, la production est de 1 144 750 tonnes soit plus de 44% que la moyenne des 5 dernières années. Là où la production du sorgho est évaluée à 377 323 tonnes au moment où celle du fonio est de 6761 tonnes et la production du maïs de 761 883 tonnes. Se prononçant sur la production de l’arachide, Moussa Baldé affirme qu’elle est de 1 797 486 tonnes soit plus de 46% que la moyenne des 5 dernières années.

Poursuivant son allocution, le responsable Sénégalais se projette déjà dans la campagne agricole 2021-2022. A en croire au Professeur Moussa Baldé, l’objectif du gouvernement sénégalais est d’atteindre, pour cette campagne agricole, quatre millions de tonnes de céréales et deux millions de tonnes de cultures industrielles, a-t-il indiqué, révélant que 60 milliards de francs CFA seront investis dans la campagne agricole à venir.

Pour les objectifs de production, le gouvernement table sur des performances supérieures à celles de la précédente campagne. « Nous avons pour les céréales 3 640 445 tonnes cette année, notre objectif c’est d’atteindre les 4 millions de tonnes. En ce qui concerne les cultures industrielles (coton, arachide, sésame), nous sommes environ à 1 900 000 tonnes. Nous voulons porter cela à 2 millions de tonnes, a-t-il ajouté.  

Pour relever ce défi avec le même montant de 60 milliards, « il faut prier que l’hivernage puisse être aussi bon que l’hivernage passé », a néanmoins reconnu le ministre, en présence de ses collègues Samba Ndiobène Ka et Oumar Guèye.

Moussa Baldé qui juge d’exceptionnel le bilan de la campagne agricole 2020-2021, est d’avis qu’il dû à plusieurs facteurs. Parmi lesquels l’engagement et la clairvoyance du président de la République qui, d’après le ministre, a rehaussé à plus de 30% le budget de la campagne agricole en y ajoutant 20 milliards FCFA. L’autre point important qui, de l’avis du ministre découle de cette production, c’est la commercialisation de l’arachide. Cette année, la collecte de l’arachide est égale à 721 386 tonnes.

Evoquant la collecte, il renseigne qu’elle a duré 141 jours et a généré environ 216 milliards FCFA pour le monde rural. Là où les exportations sont, cette année, estimées à 518 763 tonnes. « Les exportateurs ont injecté à eux seuls dans le monde rural environ 150 milliards de francs CFA en achetant de l’arachide », a fait savoir le ministre Moussa Baldé. Qui ajoute : « Il y a 319 mille tonnes de graines qui ont été décortiquées, générant pour le trésor public sénégalais plus de 9 milliards de francs CFA ».

En ce qui concerne le capital semencier, le ministre fait savoir que 105 933 tonnes ont été collectées pour permettre au ministère de l’Agriculture de fournir des semences subventionnées aux petits producteurs du monde rural. Il a également renchéri que les huiliers ont collecté 96 690 tonnes. Et la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS), à elle seule, a collecté 107 242 tonnes. Visiblement fier du bilan qu’il a dressé, le ministre déclare que « cette campagne de commercialisation c’est l’une des meilleures campagnes jamais réalisée par le Sénégal ».

« L’année dernière, nous avions commencé à distribuer les semences au mois de mai parce que mon budget a été validé le 6 mai 2020. Cette année, le président l’a validé le 8 mars 2021. Donc, nous avons deux mois d’avance pour nous préparer et optimiser le circuit de distribution des intrants avant l’arrivée des pluies », a rappelé le Pr Moussa Baldé.

Qui a signalé l’existence d’un programme de distribution de 10 000 semoirs qui devra être exécuté avant l’hivernage. Avant de lancé un appel en faveur d’« une mobilisation générale pour l’agriculture ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire