Poissons volés en Afrique : La sécurité alimentaire de plus 33 millions de personnes menacée

0

« Chaque année, des entreprises européennes contribuent à un tragique détournement de poissons frais qui sont essentiels au maintien de la sécurité alimentaire pour plus de 33 millions de personnes dans la région de l’Afrique de l’Ouest », s’inquiète Greenpeace dans un communiqué officiel parvenu à VivAfrik.

L’Organisation non gouvernementale internationale (ONG) de protection de l’environnement qui va lancer, ce mardi 1er Juin 2021, son nouveau rapport sur les poissons volés en Afrique et intitulé « Nourrir le monstre : Comment les industries européennes de l’aquaculture et de l’alimentation animale détournent la nourriture des communautés d’Afrique de l’Ouest » a révélé comment « plus d’un demi-million de tonnes de petits poissons pélagiques sont extraits chaque année le long des côtes d’Afrique de l’Ouest et transformés en aliments pour l’aquaculture et l’élevage, en compléments alimentaires, en cosmétiques et en produits alimentaires pour animaux de compagnie en dehors du continent africain ».  

Greenpeace Afrique a profité de cette occasion pour appeler « les entreprises, les décideurs et les gouvernements à cesser de prélever du poisson propre à la consommation humaine en Afrique de l’Ouest pour alimenter la demande de farine et d’huile de poisson dans l’Union européenne ».

« L’industrie de la farine et de l’huile de poisson, ainsi que tous les gouvernements et les entreprises qui la soutiennent, dévalisent pratiquement les populations locales de leurs moyens de subsistance et de leur nourriture », s‘emportent les auteurs du rapport dans le texte. 

En effet, les eaux ouest-africaines principalement du Sénégal, de la Mauritanie et de la Gambie sont vidées de leurs stocks de poissons pour servir un marché européen d’huile et de farine de poisson, dénoncent-ils.

Moctar FICOU / VivAfrik                                

Laisser un commentaire