Vers l’acquisition de 115 000 lampadaires solaires pour assurer l’éclairage public au Sénégal

0

Le Directeur général de l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER) a indiqué que l’État du Sénégal entend acquérir 115 000 lampadaires solaires pour assurer l’éclairage public grâce à l’énergie renouvelable, précisant que ce programme en gestation va démarrer au cours du second semestre de l’année 2021.

« C’est un programme du président de la République qui a été confié au ministère du Pétrole et des Énergies. Lequel l’a, à son tour, confié à ANER. La première phase comportait 50 000 lampadaires. Elle a été exécutée. Il reste, aujourd’hui, moins de 2 000 lampadaires concernant cette phase. Et cela résulte d’un ralenti que nous avions noté dans l’exécution dudit programme », a déclaré mardi 22 juin 2021 Djiby Ndiaye à l’issue d’un séminaire à Saly.

Poursuivant son speech au cours de cette rencontre, le directeur de l’ANER a renchéri que le nécessaire est en train d’être fait, relativement à « cette deuxième phase, comme l’a indiqué le président de la République. Celui-ci compte 115 000 lampadaires solaires. Nous espérons que le projet démarrera d’ici à la fin du mois de décembre prochain sur l’ensemble du territoire sénégalais. D’ailleurs, c’est pour émailler tout le territoire que le président Macky Sall l’a initié. Parce qu’après la mise en œuvre du projet, il a été noté que certaines localités n’ont pas pu en bénéficier. Il a décidé alors d’élargir le projet sur l’ensemble du territoire ».

« ANER fait du bon boulot, sérieusement. Parce qu’elle soutient les populations défavorisées et a réalisé un important programme. C’est celui concernant les lampadaires solaires. Un programme de 50 000 lampadaires solaires a été déjà mis en œuvre », a laissé entendre Issa Dione, Directeur de cabinet de la ministre Sophie Gladima venu la représenter.  Un nombre de lampadaires qui, faudrait-il le rappeler, avait coûté au Sénégal 87 millions d’euros (57 milliards 68 millions 259 mille francs CFA).

Selon M. Dione, les sénégalais ont été satisfaits des lampadaires solaires installées dans le cadre de la première phase. « Les populations l’ont tellement aimé que le président de la République a décidé de lancer un autre programme plus important que celui déjà initié. On va ainsi passer à 115 000 lampadaires solaires. Ce nouveau programme est en train d’être développé en ce moment même », a-t-il précisé. D’après lui, la seconde phase coûtera au Sénégal 131 milliards CFA si le prix d’un lampadaire solaire est maintenu à son niveau initial.

S’exprimant sur les motifs de cette rencontre qui a regroupé plusieurs acteurs, il ajoute : « c’est un séminaire organisé par l’ANER en partenariat avec la GTZ pour essentiellement mettre en link les porteurs de projets d’énergie renouvelable et les institutions financières. Nous avons remarqué, en un moment, qu’il y a beaucoup de projets qui ne parviennent pas à trouver un financement. Nous avons vécu l’expérience en tentant d’installer des pompes dans la zone des Niayes avec un schéma de financement qui devait faire intervenir des institutions financières. On s’est dit que peut-être ces institutions financières ne comprennent pas trop les énergies renouvelables, tous les enjeux, le potentiel du marché, et avons décidé d’organiser donc ce séminaire pour y inviter les institutions financières, les consommateurs, le secteur privé. (Des acteurs) qui travaillent dans le sous-secteur des énergies renouvelables pour qu’ensemble on puisse discuter et trouver des solutions qui pourront demain nous permettre de pouvoir financer ces différents projets ».

Pour rappel, ce projet a initialement vu le jour au cours du mois de février 2018 marquant la visite du président français Emmanuel Macron au Sénégal. Au cours de ce voyage, des séances de travail avaient favorisé un marché d’acquisition par l’État du Sénégalais de 50 000 lampadaires solaires à raison de 1 million 141 mille 365 francs CFA pièce. Marché remporté par le groupe Fonroche éclairage. Une structure qui avait raflé le marché de fourniture de lampadaires permettant d’éclairer un tiers du territoire du Sénégal.

D’un montant global de 57 milliards 68 millions 259 mille de francs CFA (87 millions d’euros), cette première phase d’acquisition de lampadaires solaires avait été officiellement signée le 2 février 2018, lors de la visite du Président Macron. La société Eiffage avait, alors, en charge l’installation des lampadaires. Le projet est acquis des suites d’un prêt de Bpifrance (Banque publique d’investissement de France) et du Trésor français qui avait profité à la société Fonroche. Cette dernière, une entreprise française qui s’active dans les énergies renouvelables, avait été choisie parmi une trentaine d’industriels, principalement asiatiques, américains et européens- dont son concurrent bordelais, Sunna Design. Et c’est l’ANER qui était chargée de préparer l’appel d’offres sur la base de trois critères principaux : la performance, la vitesse d’exécution et un assemblage local.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire