Lutte contre les inondations au Sénégal : Le programme décennal exécuté à hauteur de 38%

0

La mission d’information parlementaire sur les inondations a livré, lundi 28 juin 2021, ses conclusions. Et le moins que l’on puisse dire est que les constats généraux de la mission viennent confirmer le laxisme dans l’exécution du programme décennal de lutte contre les inondations au Sénégal (2012-2022) dont l’objectif était d’arriver à une maîtrise totale des inondations à travers le pays.

Après avoir sillonné les 14 régions, procédé à une recherche documentaire et auditionné 7 ministres et 5 directeurs généraux, les quinze députés de la mission ont relevé, entre autres constats, un taux de réalisation de « 38% à un an de la fin du programme ».

Le rapport présenté à l’hémicycle et lu par le rapporteur, Théodore Cherif Monteil renseigne que le programme initial de 766,9 milliards a été exécuté pour 511,2 milliards de CFA. Soit 66,65% du budget total. Le rapport informe que l’exécution du programme a été scindée en 3 phases : une phase d’urgence 2012-2013 avec une prévision de 66 milliards, une phase intermédiaire 2014-2016 pour 250,6 milliards et une phase moyen-long terme 2017-2022 de 450,9 milliards.

 « Le document remis à la mission par le ministère des Finances et du Budget, comptabilise une dépense totale de 291 338 984 746 francs CFA (sur 766 988 450 362 francs CFA) soit un taux de réalisation de 38% à deux ans (Ndlr : moins d’un an maintenant) de la fin du programme », a la mission signale.

Il a également été constaté que « plusieurs sites inondés résultent d’une occupation des zones inondables par les populations. De même, une inégalité frappante est notée dans l’exécution du programme dont l’essentiel des réalisations sont concentrées à Dakar ».

Aussi, il a été relevé que « le volet restructuration urbaine et relogement a été très faiblement exécuté dans le programme par rapport aux prévisions initiales ».

Le cout des souss-programmes

Le sous-programme aménagement et amélioration des zones d’inondation a mobilisé 11,2 milliards. Le Sous-programme 2, restructuration et Relogement des populations sinistrées comprend la construction de1843 logements à Dakar sur 2000 prévus à la cité Tawfeex Yakaar et 505 logements sur les 891 qui restaient à  achever à la cité Jaxaay pour un montant de 20,1 milliards.

Le projet de réalisation de 700 logements a démarré avec 200 à Thiès et devrait se poursuivre avec 100 à Joal, 200 à  Saint louis, 100 à Fatick et 100 à Kaolack  dans le cadre du projet d’atténuation des effets  liés aux inondations au Sénégal. Le montant total alloué à ce volet logement est de 32,9 milliards, renseigne le rapport qui souligne que  les études pour la planification et la restructuration urbaine ont mobilisé 13,5 milliards.

La mission dirigée par l’ex maire de Pikine, Pape Sagna Mbaye a déploré le fait que « l’assainissement ne semble pas être érigé en propriété dans le cadre des projets de lotissements et dans la procédure de mise à disposition de parcelles aux populations » notamment à Keur Massar où les Parcelles proposées par la SN HLM sont loin d’être assainies.

La construction de nouvelles villes comme Diamniadio aussi est marquée par l’absence d’assainissement.

Le Sous-programme 3 lié à la gestion des eaux pluviales, a consisté à la réalisation de plus de 85 000 mètres linéaires de réseaux de drainage plus d’une quarantaine stations de pompage et 20 bassins de rétention. Les investissements s’élèvent à 438,6 milliards de francs CFA, presque le double du budget prévisionnel du programme décennal, renseigne le rapport.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire