Elaboration des résultats du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires : Les jeunes font preuve de leadership

0

De jeunes activistes et militants se sont mobilisés aux côtés d’experts en autonomisation des femmes, en droits humains, en finance et en innovation sur plusieurs continents pour participer au Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations Unies 2021, qui se tiendra en septembre.

Mais avant cet événement, les jeunes ont fait entendre leur voix tout au long des trois jours du pré-sommet organisé du 26 au 28 juillet 2021 à Rome, la capitale italienne, déclarant qu’ils sont « les leaders d’aujourd’hui ».

Lors de la clôture du pré-sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a commencé son discours de clôture en félicitant les jeunes pour leur leadership dans la transformation des systèmes alimentaires.

Le jeune leader, libanais Rayan Kassam a déclaré que le principal message que les gouvernements doivent transmettre au Sommet de New York en septembre est que « nous voulons nous asseoir à la table avec vous lorsque vous prendrez des décisions sur nos futurs systèmes alimentaires », a-t-il dit dans une salle pleine de délégués du monde entier.

Il s’avère qu’une vague de groupes auto-organisés dirigés par des jeunes à travers le monde s’est associée à l’élan croissant à la base du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires 2021. Ainsi, des jeunes champions du Brésil à l’Inde, du Cameroun aux Fidji et dans plus de 100 pays du monde entier se sont engagés dans des débats publics dans les cinq domaines prioritaires ou pistes d’action, qui incluent la sécurité alimentaire et la nutrition, la consommation durable, la protection de l’environnement, la pauvreté et la résilience.

Ces jeunes sont pleinement intégrés aux postes de direction du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, l’architecture ayant été conçue intentionnellement pour inclure des jeunes du monde entier. Des cinq pistes d’action au réseau des champions, les jeunes ont joué un rôle clé dans les préparatifs du sommet de septembre prochain.

« C’est honnêtement le premier sommet où j’ai vu le leadership des jeunes au cœur du sommet lui-même, à des postes de décision, et j’espère vraiment que cela pourra servir de modèle pour les futurs sommets des Nations unies », a déclaré Marie-Claire Graf, une jeune dirigeante suisse.

Les jeunes ont mené les dialogues du sommet et créé un groupe d’auto-organisation. Grâce à un processus de consultation en ligne d’un mois et à une initiative d’engagement, les jeunes ont la possibilité de délibérer et d’identifier les solutions et les priorités qu’ils feront avancer au-delà du sommet.

Près de 10 000 jeunes du monde entier ont participé au processus du sommet, y compris à un dialogue mondial de la jeunesse dédié en mai et à une participation et un leadership dans d’autres dialogues dans 145 pays au cours des deux dernières années.

« Tout au long de l’année, les jeunes ont apporté une contribution exceptionnelle au processus du Sommet sur les systèmes alimentaires. Les jeunes ont pris les devants et montrent que nous ne sommes pas les leaders de demain, mais ceux d’aujourd’hui », a déclaré Victor Mugo, un jeune leader du Kenya, qui s’est exprimé lors de la session préalable au sommet sur les actions des jeunes en faveur des systèmes alimentaires.

Les facteurs les plus influents pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici à 2030

Là où les pistes d’action du Sommet visent à mettre en évidence les voies essentielles pour soutenir la transformation des systèmes alimentaires et les progrès vers l’Agenda 2030 aux niveaux local, national, régional et mondial, un ensemble de leviers de changement transversaux se concentre sur les principaux obstacles au progrès et domaines de leurs liens et action coordonnée.

L’autonomisation des jeunes est si importante pour la transformation des systèmes alimentaires qu’elle a été intégrée à tous les axes de travail et structures du Sommet. De jeunes leaders ont été inclus parmi les vice-présidents des pistes d’action, tandis que l’autonomisation des jeunes est un thème commun à quatre « leviers de changement » identifiés par les organisateurs du Sommet comme l’un des facteurs les plus influents pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

La session du pré-sommet fait suite au lancement d’un rapport des Nations unies sur les jeunes et l’agriculture, qui souligne le besoin urgent de rendre les systèmes alimentaires plus attrayants pour les jeunes afin d’assurer l’avenir de la sécurité alimentaire et de la nutrition mondiales.

L’augmentation de la population jeune soulève des problèmes de santé, d’éducation et d’emploi pour la prochaine génération. Selon les prévisions, plus de la moitié de la population africaine aura moins de 25 ans en 2050.

Les jeunes ont également été touchés de manière disproportionnée par la pandémie de Covid-19, avec une baisse de l’emploi des jeunes de 8,7 % en 2020, contre 3,7 % pour les adultes, selon les chiffres de l’ONU.

Dans ce contexte, la délégation des jeunes au pré-sommet a élaboré une déclaration d’action pour demander aux gouvernements, entre autres, de « lever les obstacles » et de fournir un meilleur accès aux financements, aux mesures d’atténuation des risques, aux informations et aux connaissances, ainsi que de garantir des salaires minimaux et décents aux personnes travaillant dans les systèmes alimentaires.

Lana Weidgenant, jeune leader du Brésil et vice-présidente de l’Action Track du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires 2021, a déclaré : « Nous vous invitons à collaborer aujourd’hui pour transformer l’élan des jeunes en résultats politiques alors que nous attendons avec impatience le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires de septembre ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire