Le projet LOG, un programme inédit de promotion de la gouvernance locale, salué

0

La trentaine de participants au séminaire de lancement officiel du projet Local Open GovLab (LOG) organisé par AfricTivistes le jeudi 29 juillet 2021 à Dakar a été l’occasion pour les collectivités territoriales africaines, les administrations centrales africaines, les journalistes, les blogueurs et les organisations de la société civile de témoigner la pertinence de ce programme inédit de promotion de la gouvernance locale ouverte dans la sous-région.

Ont pris part à cette rencontre de haute portée le directeur régional du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) pour la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingué Ngom. A ses côtés, se trouvent tous les élus des mairies bénéficiaires du projet. Il s’agit de Ousmane Ndoye, maire de la commune de Fass, Gueule Tapée, Colobane (Sénégal) ; Daouda Niang, maire de la ville de Rufisque (Sénégal) ; Mamadi Condé, maire de la Commune de Kouroussa (Guinée) ; Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la Commune Urbaine de Labé (Guinée) ; Chaibou Labaran Batoure, maire de la Commune de Mantakari (Niger) ; Bandou Kaka, maire de la Commune de DanKassari (Niger) et de Fernando Dias, maire de la Commune de Bissau (Guinée-Bissau), a renseigné AfricTivistes dans un communiqué officiel qui met en exergue l’essentiel sur le séminaire de lancement officiel du projet Local Open GovLab.

Durant son allocution de bienvenue, le président de AfricTivistes a axé son discours sur les changements que va apporter l’intégration du digital dans la gouvernance locale en Afrique. « Je félicite les maires bénéficiaires du programme pour leur engagement. (…) Local Open Gov Lab (LOG) est un projet d’appui et d’accompagnement des collectivités locales par le biais du numérique pour une gouvernance inclusive et participative. Il s’appuie sur un parcours assisté pour une durée de 6 mois avec la mise à disposition d’un Volontaire. (…) Dans cette Afrique que nous voulons, le citoyen ne fera plus de critiques ouvertes pour réclamer des services à sa municipalité car il accédera à toutes les informations notamment aux différentes lignes budgétaires de la municipalité. (…) À la fin de ce séminaire de lancement, nous nous engageons à respecter et suivre scrupuleusement les engagements de la déclaration de Dakar », a indiqué AfricTivistes dans le communiqué.

« Je félicite AfricTivistes. Il y a une nécessité de promouvoir et d’instaurer un climat propice à la mise en place d’un cadre d’échange et de contribution volontaire pour faire face aux défis de la gouvernance locale ouverte gage d’un développement à la base. (…) La réponse d’AfricTivistes à ces défis majeurs qui interpellent les autorités locales est salutaire et mériterait d’être reconnue. (…) L’UNFPA et la mairie de Fass Gueule Tapée Colobane se sont déjà engagés à tester la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union africaine sur le dividende démographique dans la collectivité et son extension dans 550 communes du Sénégal et en Afrique. Il y a une possibilité de créer une synergie entre le projet Capture du Dividende Démographique : Projet Fass Émergent” et le programme Local Open Gov Lab.  Ainsi, nous pourrons déployer le modèle à travers le continent africain. Notre partenariat va avancer dans cette direction. La diversité et la richesse des services fournis par le Local Open Gov Lab peuvent inciter les collectivités à instaurer un guichet unique physique et certainement virtuel dans un proche avenir en vue de démocratiser l’accès à l’information », a pour sa part souligné Mabingue Ngom, directeur régional de l’UNFPA.

Mot du porte parole des Mairies sélectionnées

Au nom des maires bénéficiaires, Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la commune de Labé, a réaffirmé dans le document l’engagement des maires pour le bon déroulement du projet. A ce projet, il laisse entende : « au nom de mes collègues maires, nous prenons l’engagement de recevoir les volontaires dans nos différentes localités. (…) Le projet Local Open GovLab va permettre d’impliquer davantage les populations dans la gouvernance locale. Les populations ne sont pas souvent conscientes de leur devoir citoyen. Ce programme nous permet de les impliquer dans la gouvernance car nous avons un devoir de redevabilité et de transparence ».

Plusieurs temps forts ont rythmé le séminaire de lancement officiel du programme LOG, a indiqué le communiqué. Parmi ces temps forts, il y a le Keynote d’ouverture. Il a permis au coordinateur régional senior pour l’Afrique et le Moyen-Orient au Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO),  M. Tarik Nesh-Nash de revenir sur les origines et les valeurs du PGO  fondé en 2011 par des leaders et des gouvernements et de la société civile. Il rassemble les gouvernements, les citoyens, la société civile, les universités et le secteur privé au niveau local pour promouvoir une gouvernance plus transparente, redevable, réactive et inclusive.

Les participants ont axé le panel 1 sur le thème : « Le Numérique administratif : L’administration publique africaine à l’ère du Numérique » tandis que le panel 2 a porté sur les débats qui ont porté sur « Les élus locaux à l’épreuve de l’ouverture, de la transparence et de la co-construction ».

En outre, ajoute le communiqué, une table ronde a été organisée à l’occasion de laquelle il y a eu un partage d’expérience entre les 7 mairies bénéficiaires du programme LOG. Elle a été modérée par Fodé Kouyaté Sankayi, responsable en relation avec les collectivités locales pour la gouvernance locale ouverte.

Le séminaire de lancement officiel du projet Local Open GovLabest sanctionné par l’adoption de la déclaration dite « Déclaration de Dakar sur la gouvernance locale ouverte ».

La déclaration de Dakar sur la gouvernance locale ouverte a été adoptée par tous les élus locaux présents à la cérémonie. C’est la charte qui lie AfricTivistes et les mairies bénéficiaires du programme Local Open Gov Lab. Elle est la preuve de leur engagement en faveur de la gouvernance locale ouverte, notamment en faisant de l’accès à l’information des populations et de la participation citoyenne une réalité dans leurs territoires. Mieux encore, elle témoigne de leur volonté de faire des outils numériques des alliés dans la démarche d’ouverture de leurs administrations locales au bénéfice exclusif des populations, conclut le communiqué.  

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire