Exploitation minière illégale en RDC : Greenpeace Afrique exige le retrait de l’autorisation d’exploitation de la compagnie chinoise Kimia Mining

0

La lutte contre l’exploitation minière illégale s’intensifie en République Démocratique du Congo (RDC). C’est dans ce contexte que Greenpeace Afrique, via un communiqué de presse publié le 11 août 2021 à Kinshasa a soutenu que l’initiative de la société civile est réunie au sein du regroupement des 205 ONG qui exigent le retrait du permis minier de la société chinoise Kimia Mining situé au sein de la réserve de faune à okapis, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

« Après la fausse bonne nouvelle sur le parc national de Salonga – retiré de la liste du patrimoine mondial en danger le mois dernier – voici que le réel fait son retour », a dit, dans le communiqué, Irène Wabiwa Betoko, cheffe de projet de Greenpeace Afrique pour la forêt du bassin du Congo. « Ce bradage des forêts par les ministres censés les protéger doit cesser pour le bien des communautés forestières, de la nature et du climat », a-t-elle poursuivi.

Cette réserve, située dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la République Démocratique du Congo, abrite des espèces menacées de primates et d’oiseaux, et environ 5 000 okapis sur les 30 000 vivant à l’état sauvage et menacés de disparition sans une bonne conservation de la nature, souligne le communiqué rendu public Par raphaël Mavambu et Irène Wabiwa Betoko.

L’autorisation des activités minières de Kimia viole, entre autres, l’article 25 de la loi n० 14-003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature qui stipule que « toute activité incompatible avec les objectifs de la conservation est interdite dans les aires protégées. Sous réserve des dérogations prévues par la présente loi, est nul tout droit accordé dans les limites des aires protégées et leurs zones tampon », lit-on dans le texte de Greenpeace Afrique.

L’ONG de défense de l’environnement soutient pleinement les demandes formulées par ces 205 ONG et demande au Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde d’y apporter une attention urgente. Greenpeace Afrique a demandé enfin à la ministre des Mines, Antoinette N’samba Kalambayi de se conformer aux textes légaux sur la conservation de la nature et de retirer immédiatement l’autorisation d’exploitation minière de Kimia Mining.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire