L’élevage industriel, un fléau pour les forêts de l’Amazonie, selon Greenpeace

0

Dans un communiqué de presse parvenu à VivAfrik, Greenpeace appelle à « agir de toute urgence pour protéger la forêt amazonienne ». Le document qui nous est parvenu par l’intermédiaire de Cécile Leuba, Chargée de campagne Forêts à Greenpeace, relève que « la France et l’Europe ont leur part de responsabilité dans la déforestation qui sévit en Amérique du Sud ».

« L’agro-industrie est une menace pour les forêts. C’est notamment à cause de la culture du soja, en partie exporté en Europe pour nourrir nos animaux d’élevage, que les forêts sont dévastées. L’agriculture industrielle est à l’origine des deux tiers de l’ensemble de la déforestation en Amérique du Sud, en grande partie à cause de l’augmentation de la demande de terres pour la culture du soja et l’élevage de bétail », note le texte.

« C’est notre modèle de production qui en est responsable ! Pour répondre à l’industrialisation de son élevage et à des niveaux de production de viande, d’œufs et de produits laitiers trop élevés sur son territoire, l’Union européenne importe 31 millions de tonnes de soja chaque année pour nourrir ses animaux d’élevage », a ajouté le communiqué.

Ainsi, ce système alimentaire absurde repose sur une production de soja destructrice pour les écosystèmes sud-américains, importée en Europe pour nourrir des animaux entassés dans des élevages toujours plus industrialisés, qui sont une catastrophe écologique, sociale et sanitaire. Il est urgent de mettre un terme à ce désastre. A l’inverse, en France, plus de 95 % du soja consommé est issu de production française ou européenne, sans risque de déforestation.

« Chez Greenpeace, nous travaillons sans relâche pour mettre un terme à la déforestation. En associant votre générosité à notre action, vous démultipliez notre force de frappe. Greenpeace est 100 % indépendante : c’est grâce à vous que nous pouvons jouer un rôle de contre-pouvoir déterminant pour contrer les manœuvres de l’agro-industrie et mettre notre gouvernement face à ses responsabilités. Je vous invite à ne pas relâcher votre engagement. Nous avons besoin de vous pour lutter efficacement, invite Greenpeace dans le document.

Avec votre soutien, poursuit l’organisation non gouvernementale, nous pourrons continuer à tout mettre en œuvre pour stopper l’importation de soja ayant contribué à la déforestation. Nous continuerons à exiger la stricte application de la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), adoptée par la France en 2018 mais qui n’est actuellement pas appliquée. Nous continuerons de demander une transition vers un élevage écologique et un régime alimentaire plus sain et durable et à inciter le secteur agricole français et européen à s’éloigner du modèle intensif actuel.

Moctar FICOU / VivAfrik                                   

Laisser un commentaire