Vers l’émission de la première obligation verte au Kenya

0

Les autorités du Kenya sont sur le point d’émettre la première obligation verte du pays. La nouvelle obligation souveraine, estimée à un eurobond de 106 milliards de shillings kényans, (environ 946 millions de dollars) va permettre de financer les projets d’énergies renouvelables au Kenya, lors de son année budgétaire 2022/2023.

Rappelons que jusque-là, la seule obligation verte kényane a été émise en octobre 2019 par le promoteur de logements étudiants Acorn Group et le capital-investisseur Helios. 

Les « obligations vertes », ou « green bonds » en anglais, sont des instruments financiers à revenu fixe, émis sur le marché par une entreprise auprès d’investisseurs, elles permettent de financer des projets dans des domaines de la transition énergétique et/ou de l’atténuation des effets du changement climatique. À la tête de cette opération très attendue, Acorn Holdings, un promoteur immobilier basé à Nairobi.

Le Trésor public s’est prononcé favorablement en faveur de l’émission de ce cinquième eurobond précisant que son projet de politique budgétaire pour 2022 que le pays a l’intention d’être actif dans le domaine du financement vert, au cours du prochain exercice budgétaire, maintenant que le cadre réglementaire le permettant est en place.

A cet effet, le Trésor public a souligné qu’« en reconnaissance des menaces sérieuses posées par le changement climatique, le gouvernement réalisera l’agenda climatique en se concentrant sur certaines des interventions au cours de l’exercice 2022/23. Il exploitera le financement vert en émettant la première obligation verte souveraine pour financer des projets et programmes verts et liés au climat ».

Lors de la COP 26, le président kényan, Uhuru Kenyatta (photo), a annoncé que son pays achèverait une transition complète vers les énergies vertes, d’ici 2030. « Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif d’une utilisation à 100 % d’énergies propres, d’ici 2030 », a déclaré le chef d’Etat. D’après les données qu’il a présentées durant la COP 26, les énergies renouvelables représentent 73 % de la capacité de production d’électricité installée au Kenya. Jusque-là, les autorités locales n’ont pas réussi à donner de détails sur l’utilisation des fonds qui seraient obtenus grâce à cet emprunt.

Signalons que le marché mondial des émissions d’obligations vertes, qui connaît une croissance rapide, a peu bénéficié aux Africains, le continent représentant moins de 1 % des 300 milliards de dollars d’obligations vertes émises chaque année.  Sur les 3,96 milliards de dollars d’obligations vertes émises à ce jour en Afrique, seuls 64 millions de dollars ont été émis par des sociétés non-financières avant l’opération de Cosmos Yopougon, selon les données compilées par la Climate Bonds Initiative, un Think-Thank spécialisé sur la finance verte. Cosmos Yopougon devient ainsi l’une des trois seules sociétés non financières africaines à émettre des obligations vertes, après Acorn Holdings (Kenya) et North South Power Company (Nigeria). Cette émission constitue également la première obligation verte émise par une société ouest-africaine du secteur de l’immobilier.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire