Lutte contre la déforestation et le commerce illégal de bois : La PAFC annonce la création d’un schéma de certification unique dans le Bassin du Congo

0

Pour lutter efficacement contre la déforestation et le commerce illégal de bois, la Certification Forestière Panafricaine (PAFC) et le Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC), avec le soutien de l’Association technique internationale des bois tropicaux (ATIBT), poursuivent leur engagement en faveur d’une gestion durable des forêts africaines. Cet engagement se traduit, aujourd’hui, par la mise en place d’un schéma régional de certification dans le bassin du Congo, qui vient renforcer l’offre existante.

PAFC, PEFC et ATIBT : mobilises pour une gestion durable des forêts africaines

La PAFC, le PEFC et l’ATIBT à travers son programme « Fair&Precious », soutiennent la filière bois tropical durable, éthique et légale en tant que ressource naturelle et renouvelable, en faisant la promotion auprès des pays importateurs.

Grâce à leurs actions, ils visent un objectif commun : permettre une bonne gestion des forêts et des bois tropicaux en valorisant les avantages environnementaux, sociaux, économiques et techniques, mais aussi s’engager auprès des pays qui continuent de lutter fortement contre le commerce illégal du bois.

Pour répondre au mieux aux besoins actuels et préserver l’écosystème et la biodiversité pour les générations futures, PAFC et ses partenaires mettent en place, à travers un schéma régional de certification, une exploitation durable, respectueuse de l’environnement, de la faune et des communautés locales.

La création d’un schéma de certification régional dans le Bassin du Congo

Plus que jamais mobilisés pour améliorer la gestion de leurs forêts, valoriser leurs richesses et notamment leur « or renouvelable », les pays du bassin du Congo souhaitent protéger leur faune, flore et leurs forêts en évitant tout commerce illégal du bois. En abritant le deuxième massif forestier de la planète, le bassin du Congo, dont font partie le Cameroun, la République du Congo et le Gabon est traité de manière exemplaire par quelques entreprises forestières locales, tel que Precious Woods, qui s’engagent à préserver cet écosystème unique. PAFC s’inscrit dans cette vision et souhaite également mettre sa pierre à l’édifice en encourageant la certification de gestion durable des forêts, aux côtés du PEFC et de l’ATIBT.

L’ambition première du système PAFC Bassin du Congo est d’élargir l’offre de bois certifié en proposant un système régional unique de certification PAFC de gestion durable des forêts. Composé de plusieurs standards, guides, procédures et annexes développés localement, basés sur les exigences de PEFC Council et adaptés à l’environnement de la sous-région, ce système de certification régional PAFC apportera de nombreuses opportunités pour toutes les entreprises souhaitant s’engager.

Pour la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale), la certification des forêts est l’une des principales réformes à réaliser pour réussir la mise en œuvre de la stratégie d’industrialisation durable de la filière bois dans le bassin du Congo. Cette question a d’ailleurs été à nouveau évoquée lors de la réunion des Ministres de la CEMAC, le 28 juillet 2020, et ces derniers ont souhaité que cette organisation prenne une part active à la mise en œuvre de cette approche régionale pour le développement des systèmes de certification PAFC.

La certification PEFC : un moyen de renforcer l’exploitation durable des forets

Pour continuer de freiner les mauvaises pratiques qui perdurent parfois dans les forêts du bassin du Congo, PAFC encourage l’ensemble des entreprises d’exploitation de la forêt ou de transformation de bois, présentes dans le bassin du Congo, à se faire certifier. En effet, un certificat PAFC atteste une bonne gestion forestière, ainsi que de la traçabilité des bois et produits forestiers issus de forêts gérées durablement dans le bassin du Congo.

Les avantages du certificat PAFC sur le marché mondial sont entre autre un accès au marché international ; une augmentation des avantages compétitifs et des bénéfices ; un accès aux marchés exigeants des produits certifiés ; une traçabilité d’approvisionnement en bois et un véritable atout compétitif par rapport aux entreprises non certifiées.

A propos de PAFC

Paru au début des années 2000, le système de certification forestière Pan-African Forest Certification (PAFC) a pour objectif de développer la gestion durable de la forêt dans les pays d’Afrique Centrale en s’appuyant sur les exigences PEFC Council, références reconnues internationalement. En 2019, le PAFC Gabon, le PAFC Cameroun et le PAFC Congo, ont eu la volonté commune de développer et promouvoir la certification forestière en Afrique Centrale grâce à un schéma de certification forestière régional adapté au contexte local.

A propos du PEFC Council

Le PEFC Council est une alliance mondiale de systèmes nationaux de certification forestière. En tant qu’organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif, elle encourage la gestion durable des forêts par le biais d’une certification indépendante par une tierce partie. Le PEFC Council fournit aux propriétaires forestiers, des plus grands aux plus petits, un outil leur permettant de démontrer leurs pratiques responsables, tout en donnant aux entreprises les moyens d’acheter de manière durable. Le label PEFC permet aux consommateurs de reconnaître les produits provenant d’une forêt certifiée PEFC – une forêt gérée conformément aux exigences environnementales, sociales et économiques les plus strictes.

A propos de l’ATIBT

L’Association Technique Internationale des Bois Tropicaux (ATIBT) a été fondée en 1951, à la demande de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE). Au service de la filière « bois tropicaux », de la forêt jusqu’au consommateur final, l’association joue un rôle moteur dans la mise en œuvre de projets internationaux dédiés à la gestion durable et responsable des forêts tropicales. Elle se positionne aussi comme l’un des meilleurs référents technique et scientifique de la ressource bois tropical. Entre 2016 et 2019, l’ATIBT a connu une augmentation de près de 50% du nombre de ses adhérents, portant son effectif à plus de 130. Aux côtés d’acteurs européens de la filière « bois tropicaux africains », l’ATIBT rassemble des états (république du Congo, république de Côte-d’Ivoire, république centrafricaine), d’autres association professionnelles africaines (Gabon, Côte d’Ivoire, Cameroun, RDC) et européennes, des ONG (à l’image de WWF, WCS ou WRI) et de grandes entreprises.