Assana Magagi- Alio nommée nouvelle Directrice pays de GGGI au Sénégal

0

La Nigérienne Assana Magagi- Alio est nommée Directrice Pays pour le Sénégal à l’institut mondial pour la croissance verte (Ndlr : Global green growth institute (GGGI) en anglais).

L’experte Nigérienne replace à ce poste Romain Brillie qui occupe désormais les fonctions de Directeur de la Stratégie au niveau du siège de GGGI à Séoul, souligné un communiqué parvenu à VivAfrik. La même source renseigne que Assana Alio est passionnée par le développement économique de l’Afrique. Elle apporte une vaste expérience dans les affaires internationales, l’agriculture, le développement, le suivi et l’évaluation de programmes sociaux, financiers et économiques.

Assana Alio qui a officiellement a pris fonction lundi 17 janvier 2022, a géré de grandes équipes et levé des fonds pour des portefeuilles d’investissement totalisant 980M USD, a-t-on appris du communiqué.

La Banque africaine de développement, le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies, la Banque africaine/américaine et les sociétés d’investissement sont autant d’organisations avec lesquelles Assana a travaillé.

En plus de ses expériences professionnelles, détaille le texte, l’experte d’origine nigérienne est membre du conseil d’administration de Diaspora Capital LLP. Ce véhicule d’investissement d’impact axé sur l’Afrique subsaharienne démocratise l’investissement d’impact en tirant parti du « capital citoyen » des Africains de la diaspora pour fournir un accès alternatif au financement et un soutien à la gestion aux PME en Afrique.

Rappons que GGGI est une organisation internationale inter-gouvernementale créée par traité qui soutient les pays en voie de développement et a revenus intermédiaires vers un modèle de croissance économique durable environnementalement soutenable et socialement inclusive. L’institut mondial pour la croissance verte a été créé en 2012 au sommet de Rio +20 à la conférence des nations unies pour le développement Durable.

« Comptant à ce jour 39 pays membres GGGI a pour mission d’accompagner les Etats, dans la mise en œuvre de politique et stratégies nationales de développement vert et la mobilisation de financements verts et climatiques. GGGI appuie la mise en œuvre des Contributions déterminées au niveau national (CDN), et travaille à mobiliser plans les financements nécessaires à la transition vers une économie bas carbone et résiliente aux changements climatiques », a souligné le communiqué.

Depuis 2016, date du démarrage de ces opérations au Sénégal, GGGI accompagne l’Etat du Sénégal, dans sa transition vers une croissance verte inclusive, durable et forte telle que déclinée dans le Plan Sénégal émergent (PSE). Dans ce sens un document cadre de coopération couvrant la période 2019-2023 a été endossé conjointement, par GGGI et le gouvernement du Sénégal, a rappelé le document.

Selon le communiqué, trois résultats sont attendus de cette coopération, à l’horizon 2023. Il s’agit entre autre de l’amélioration de la résilience urbaine au changement climatique en renforçant la transition des villes secondaires vertes vert une croissance verte ; l’accroissement de la productivité et de la durabilité des espaces naturels ruraux en renforçant les investissements pour des énergies renouvelables à usages productifs et la promotion de systèmes de gouvernance verte en améliorant l’accès aux investissements et aux financements verts pour l’adaptation et l’atténuation aux changements climatiques.

A en croire notre source, l’institut mondial pour la croissance verte se dotent de nombreux projet en cours pour le Sénégal en 2022.

Parmi eux, il y a le projet de gestion des eaux usées, des déchets plastiques, des déchets d’équipements électriques électroniques dans les villes secondaires du Sénégal à travers des modèles d’affaires innovants pour le recyclage et la valorisation ; le projet assainissement inclusif durable à travers la croissance verte dans les villes de Kaolack et Kolda ; le projet de formulation d’approches politiques au titre de l’article 6 de l’accord de Paris sur le Climat ; le projet d’autonomisation des acteurs non étatiques et communautés vulnérables pour une action climatique au niveau internationale et le projet d’agriculture intelligente face au changement climatique dans la région de Saint-Louis.

Moctar FICOU / VivAfrik