La sécheresse contraint près de 6 millions de personnes à la quête d’aide alimentaire en Éthiopie

0

Les signaux sont au rouge en Ethiopie ! En effet, près de 6 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire, dont la moitié se trouve en région Somali dans l’est de l’Éthiopie frappée par une grave sécheresse. Dans cette province, des millions de nomades dépendent de leur troupeau. Mais plus de 200 000 têtes de bétails seraient déjà mortes.

De l’avis du premier ministre Ethiopien, Abiy Ahmed, la sécheresse et la famine étaient le pire ennemi jamais connu par son pays, actuellement touchée tout comme une partie de la Corne de l’Afrique par un déficit dévastateur de pluies.

« Il n’y a jamais eu d’ennemi dans l’histoire qui nous ait éprouvé autant que la sécheresse et la famine qui reviennent tous les dix ans », a déclaré vendredi 25 février 2022, M. Ahmed dans un communiqué posté sur Facebook et Twitter.

Pour sa part, Stahil Mohamed enferme à clé ses 30 chèvres chez elle, à l’ombre, en les nourrissant de la paille qui faisait autrefois office de sa toiture. La femme de 35 ans a déjà perdu les trois quarts de son cheptel. « Si elles vont brouter de l’herbe dans la nature, on ne sait pas si elles reviendront. Elles n’ont plus d’énergie pour marcher sur de longues distances. Donc plutôt que de les perdre, je préfère les garder, ici, chez moi », a relayé l’envoyé spécial de maliactu.net à Gode, Noé Hochet-Bodin.

Autour de son village de Gabias, relate M. Bodin, des centaines de carcasses de chèvres et de chameaux partout. Mohammed Tekane est l’un des chefs de la bourgade. « On a eu des sécheresses avant, mais celle-ci n’a rien à voir, déplore-t-il. C’est la première fois par exemple que l’on voit des animaux se manger entre eux. Dès qu’une chèvre meurt, les autres mangent ses restes. »

D’après Noé Hochet-Bodin, trouver de l’eau est devenu impossible ou presque. Après avoir perdu cinq chameaux, Mahmoud Ahmed a trouvé un marchand d’eau près de la ville de Gode. « Je suis ici pour acheter de l’eau pour que mes chameaux puissent boire. Il n’y a aucun autre lieu où on peut se ravitailler à part ici. Et l’eau, ça se paye cher maintenant », a-t-il confié à l’envoyé spécial de maliactu.net.  

La malnutrition est la prochaine menace, selon l’ONU. Près de 600 000 enfants de la région Somali en souffriraient déjà. Les Nations unies craignent que cette sécheresse puisse être la plus sévère depuis 40 ans.

Moctar FICOU / VivAfrik