La CEDEAO lance un projet d’interconnexion électrique entre quatre pays d’Afrique de l’Ouest

0

Le continent africain compte mettre fin à la fracture énergétique et réduire le coût élevé de l’électricité. C’est dans cette optique que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a lancé les travaux d’un projet régional d’interconnexion électrique entre le Bénin, le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria pour un investissement estimé à 568,2 millions de dollars.

Le lancement officiel des travaux du projet qui permettra de réduire les tarifs de l’électricité et d’électrifier plus de 600 localités rurales au Niger et au Burkina Faso est effectué par le Président de la République du Niger, Mohamed Bazoum et son homologue ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, président en exercice de la CEDEAO à Niamey, la capitale nigérienne.

Le projet baptisé « Dorsale Nord » et piloté par le système d’Échanges d’énergie électrique ouest-africain (EEEOA) de la CEDEAO est cofinancé par la Banque mondiale (BM), la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (UE).

De l’avis du Commissaire chargé de l’énergie et mines de la CEDEAO, « le projet porte sur la mise en place d’un réseau de transport d’électricité comprenant une ligne d’alimentation haute tension de 330 kilovolts. En outre, il facilitera le commerce de l’électricité dans la sous-région et renforcera le volume régional des échanges électriques qui est actuellement faible (Ndlr : seulement 9%). Sédiko Douka a aussi informé que le projet baptisé « Dorsale Nord » va contribuer à la réduction du tarif d’électricité dans la zone et permettra d’augmenter le taux d’accès à l’électricité particulièrement en zone rurale par l’électrification de 611 localités (432 au Niger et 179 au Burkina Faso) situées le long des lignes à construire.

Le projet Dorsale Nord « constitue une opportunité pour nos pays de disposer d’une autoroute régionale de l’électricité nous permettant de mutualiser nos systèmes énergétiques », a souligné le ministre nigérien du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables, Mahamadou Sani Issoufou.

Si l’on se fie à la CEDEAO qui a pour objectif de favoriser un accès universel à une électricité à moindre coût à l’horizon 2030, en Afrique de l’Ouest, le taux d’accès régional à l’électricité est actuellement de 50%.

Moctar FICOU / VivAfrik