La Banque mondiale annonce 200 millions de dollars supplémentaires pour renforcer la résilience des personnes vulnérables de l’Ukraine

0

La Banque mondiale a annoncé, le 14 mars 2022, dans un communiqué transmis à la presse l’allocation et la restructuration de près de 200 millions de dollars supplémentaires en vue d’aider l’Ukraine à renforcer les services sociaux destinés aux personnes vulnérables. Ces financements viennent s’ajouter aux 723 millions de dollars mobilisés la semaine dernière pour le pays et sa population, et dont 350 millions ont déjà été décaissés. Ils font partie du programme d’aide de 3 milliards de dollars déjà annoncé en faveur de l’Ukraine, et qui sera mis en place par le Groupe de la Banque mondiale au cours des prochains mois, lit-on dans le document.

Qui précise que le montant total de l’aide mobilisée par la Banque mondiale pour l’Ukraine s’élève à présent à plus de 925 millions de dollars. En outre, l’Autriche a annoncé une contribution de 10 millions d’euros (soit l’équivalent de 11 millions de dollars) au fonds fiduciaire multidonateurs créé par la Banque mondiale afin de faciliter l’acheminement des dons vers l’Ukraine, ce qui porte à 145 millions de dollars le montant total des engagements des bailleurs de fonds.

« La guerre qui fait rage continue d’entraîner de lourds coûts humains, et l’Ukraine manque de ressources pour permettre aux personnes vulnérables de satisfaire leurs besoins fondamentaux, souligne le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass. Ce soutien rapide aidera à combler ces manques dans une période d’extrême difficulté, tandis que nous nous employons à accroître notre aide pour l’Ukraine et la région », a-t-on relayé dans le communiqué.

L’invasion russe en Ukraine, dont l’ampleur des conséquences demeure incertaine, est en train de causer un nombre croissant de victimes civiles, de détruire des moyens de subsistance et d’endommager des infrastructures civiles essentielles, notamment des logements, des installations d’eau et d’assainissement, des écoles, des établissements de santé et des routes.

Moctar FICOU / VivAfrik