La Banque mondiale finance onze projets à impact socio-économique émergeant au Congo-Brazzaville

0

Les autorités de la République du Congo ont bénéficié un soutien de taille dans leurs efforts de financer les secteurs porteurs. Mieux, la Banque mondiale (BM) prévoit un budget d’intervention de 575,31 millions de dollars pour financer onze projets à impact socio-économique émergeant à son guichet, dans le cadre des priorités du Plan national de développement 2022-2026, a indiqué une source officielle.

Selon l’un des principaux partenaires financiers de la République du Congo, ces projets couvrent les secteurs tels que l’agriculture, le développement urbain, l’environnement, la santé, la protection sociale, la formation et l’emploi ainsi que la gouvernance publique.

De l’avis de la représentante résidente de la Banque mondiale, Korotoumou Ouattara qui s’exprimait mardi 15 mars 2022 à l’occasion de la cinquième édition de la revue des performances du portefeuille de son institution en République du Congo, l’objectif de cette intervention est de permettre au pays de renouer avec la croissance positive.  

A ce propos, Mme Ouattara a laissé entendre que « la poursuite de l’appui au Congo pour des projets en fin de cycle et qui ont eu un impact positif sur l’amélioration des conditions de vie de la population et le renforcement des capacités est nécessaire ».

Le contexte de crise socio-économique accentuée par la pandémie nécessite, pour le pays, l’appui des partenaires clés comme la Banque mondiale afin de redresser sa courbe de croissance. Car, la situation économico-financière que connaît ce pays a fortement contribué au ralentissement du Produit intérieur brut qui était de -6,2 % en 2020 contre -1,5 % en 2021, a détaillé la représentante résidente de la Banque mondiale en République du Congo.

S’exprimant sur le taux de pauvreté, Korotoumou Ouattara a fait valoir qu’il est passé de 48,5 % de la population avant la pandémie en 2019 à 53,3 % en 2021.

Pour sa part, la ministre de l’Economie, du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale, des dispositions sont prises pour un changement réussi de paradigme. Elles portent sur la priorité accordée au secteur privé national capable de créer de la richesse.

« Le Congo a financé sur fonds propres 15,8 milliards de FCFA en 2020 et 20,6 milliards de FCFA en 2021, soit un total de plus de 36 milliards dans la lutte contre la pandémie. A ce financement direct, s’ajoute l’aide accordée aux entreprises par le gouvernement, au titre du Fonds national de solidarité pour le soutien des entreprises, à travers la baisse des taux d’imposition qui s’élève à 1,3 milliard FCFA en 2021 », a rappelé la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

Moctar FICOU / VivAfrik