Les quatre grands points prioritaires du 9ème Forum mondial de l’eau de Dakar, selon Loïc Fauchon

0

Le président du Conseil mondial de l’eau et co-organisateur du 9ème Forum mondial de l’eau a rappelé, lors de son discours à la cérémonie d’ouverture de ce Forum à Dakar ce lundi 21 mars 2022, les quatre grands points dont il sera question en priorité, cette semaine dans la capitale sénégalaise.

Il s’agira premièrement, selon Loïc Fauchon de la sécurisation de la ressource eau. Ainsi, il faut « innover et innover encore : pomper, transférer, dessaler, recycler, accroitre les masses d’eau disponibles » tout en « bouleversant nos usages, nos habitudes, nos comportements » afin de consommer mieux et moins.

Se ponçant sur le deuxième point, M. Fauchon évoque l’inscription du droit à l’accès à l’eau dans toutes les Constitutions. Sur ce point précis, il a laissé entendre : « il faut apporter une garantie d’allocation minimum gratuite et une dotation en eau du quotidien », mais aussi « rendre ce droit opposable, en associant sur ce point les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ».

Toujours selon Loïc Fauchon, la 3ème priorité est le le financement de l’eau. A ce sujet, le président du Conseil mondial de l’eau se joint au président sénégalais, Macky Sall, dans sa bataille pour l’annulation de la dette de l’eau pour les Etats et les collectivités les plus pauvres. Une condition, cependant : que cette mesure soit associée à une exigence de ré-investissement immédiat à même montant dans la construction d’infrastructures de l’eau et de l’assainissement.

Sur ce volet, le co-organisateur du 9ème Forum mondial de l’eau a aussi évoqué un « Fond Bleu », issu du financement du climat, « un véritable Fonds International pour la sécurité de l’eau ».

Quant à la quatrième priorité qui est « la gouvernance des bassins, nationaux comme internationaux », il a laissé entendre ceci. « Dans le respect des souverainetés nationales, le Conseil mondial de l’eau en appelle à des règles formelles de médiation » pour mettre fin aux conflits d’eau.

M. Fauchon a cité notamment la gestion du fleuve Sénégal, un exemple en matière de concertation. A ce sujet, le Conseil mondial de l’eau propose la création, lors de ce Forum, d’un Observatoire global de l’eau pour la paix, le développement et la nature.

Moctar FICOU / VivAfrik