Pour Abdou Karim Sall, le chef de l’Etat prône plus de fermeté dans la lutte contre le plastique au Sénégal

0

Le président de la République, Macky Sall a donné la consigne de lutter contre le plastique avec une plus grande fermeté et de rendre plus « contraignantes » les sanctions prévues contre son utilisation.

C’est ce qu’a révélé le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall qui répondaient aux interpellations des journalistes sur ce sujet, en marge du 10ème Forum régional côtier et marin d’Afrique de l’Ouest, ouvert mardi à Saly-Portudal, près de Mbour (ouest), à l’initiative du Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine (PRCM).  

« Le Sénégal a légiféré en 2020, avec la loi sur le plastique. Aujourd’hui, nous sommes en train de faire des progrès, mais il y a encore des choses à faire. Nous avons reçu des instructions du président de la République, qui nous demande de durcir le ton pour faire disparaître le plastique de manière irréversible au Sénégal », a rappelé M. Sall qui présidait la rencontre qui a pour thème « La santé des océans : enjeu et développement des pays du littoral ouest-africain » et qui doit se dérouler du 29 mars au 1er avril 2022.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable estime que c’est un combat que tous les pays doivent mener. Selon lui, le Sénégal va continuer à lutter contre les filets dormants et les sachets plastiques polluants « extrêmement dangereux ».

De l’avis du responsable Sénégalais, « la santé des mers est intimement liée à celle de la population, à la vie tout court des populations ». Suffisant pour Abdou Karim Sall de faire valoir que la pollution plastique a atteint un niveau tel que, selon les experts, « dans les années à venir, nous allons avoir autant de poissons que de sachets plastiques dans les océans ».

« Cette situation montre que les mammifères et les poissons vivant dans les océans sont « fortement menacées ». Il est urgent de mener des actions au niveau international, pour parer à cette menace », a laissé entendre l’ancien directeur général de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) par ailleurs maire de Mbao.

M. Sall salue les engagements pris en Afrique et dans le reste du monde pour « durcir » et rendre « contraignantes » les sanctions prévues contre l’utilisation du plastique.

Selon l’édile de Mbao, l’ensemble des unités de production de sachets d’eau du Sénégal ont récemment reçu des mises en demeure, en vue de l’arrêt de la production, de la commercialisation et de l’utilisation des sachets d’eau dans notre pays.

« La volonté du président de la République est de débarrasser le Sénégal de ce fléau que constitue le péril plastique », a résumé Abdou Karim Sall.

Qui rappelle qu’en 2015, le Sénégal a voté une loi interdisant les sachets de « faible micronnage », qui sont très résistants et difficilement réutilisables.

Cette loi a été, selon ses dires, abrogée et remplacée par la loi de 2020, qui interdit les plastiques à usage unique ou jetables. Il s’agit des gobelets, des couverts, des sachets, etc.

Moctar FICOU / VivAfrik