Préservation des forêts casamançaises : L’ONG Greenpeace Afrique se félicite de l’engagement de Macky Sall

0

Le chef de l’Etat sénégalais a promis de tout mettre en œuvre pour arrêter la déforestation de la Casamance. Ainsi, l’ONG Greenpeace s’est félicitée de l’instruction donnée par le président du Sénégal, Macky Sall, de préserver les forêts notamment celles de la Casamance en allusion à la coupe de bois dans cette région située dans le sud du pays.

« La déforestation a un impact notable sur le climat. Les écosystèmes forestiers sont aujourd’hui ceux qui captent le plus de carbone derrière les océans. Les détruire accélère le réchauffement climatique », a soutenu le Dr Aliou Ba, responsable de Campagne de Greenpeace Afrique.

« Greenpeace Afrique salue l’engagement du Président de la République du Sénégal, Macky Sall visant à préserver les forêts », a renchéri M. Ba dans une déclaration publiée sur le site de l’ONG. Par ailleurs, Greenpeace Afrique demande aux exportateurs de bois d’adopter des engagements forts contre la déforestation, « en mettant en place des chaînes d’approvisionnement transparentes et traçables de bout en bout et en excluant de celles-ci les producteurs qui ravagent les forêts ».

Greenpeace Afrique rappelle, à cet égard, « le caractère vital des ressources forestières qui ne sont pas des ressources illimitées et invite les populations à s’engager dans la protection des forêts ». Dans son discours, lundi 4 avril, au terme de la prise d’armes marque le 62ème anniversaire de la fête de l’indépendance du Sénégal, le président Macky Sall a affirmé que « nous ne pouvons plus accepter qu’un seul arbre soit abattu en Casamance pour être exporté hors de nos frontières ».

« La défense de nos forêts, c’est justement l’une des missions principales actuellement en cours pour défendre la forêt de Casamance. Mes instructions ont été très claires, nous ne pouvons plus accepter qu’un seul arbre soit abattu en Casamance pour être exporté hors de nos frontières », a déclaré le chef de l’Etat sénégalais, qui a dit avoir autorisé la poursuite des opérations pour la défense de l’intégrité territoriale, la lutte contre la criminalité transfrontalière et le pillage des ressources naturelles en Casamance.

A rappeler que l’armée sénégalaise a lancé le 13 mars 2022 une opération de sécurisation dans le Nord Sindian en Casamance durant laquelle elle a réussi à « détruire totalement » huit bases des rebelles de la faction de Salif Sadio et tué plusieurs rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC). Cette opération de sécurisation a été lancée quelques semaines après la mort de quatre soldats sénégalais et la libération de sept autres qui étaient détenus par les rebelles du MFDC dans la zone frontalière avec la Gambie, suite à un accrochage survenu le 24 janvier dernier avec ces militaires, membres de la mission militaire ouest-africaine en Gambie (ECOMIG). L’opération de l’armée sénégalaise vise également à mettre fin aux trafics de bois ou de drogue, auxquels prennent part les rebelles du MFDC.

Moctar FICOU / VivAfrik

afrimag.net