La Corne de l’Afrique menacée par la pire sécheresse depuis des décennies

0

Un communiqué de presse paru dans les colonnes du sites d’informations news-24.fr renseigne que les travailleurs agricoles de l’est et de la Corne de l’Afrique se préparent à leur plus grave sécheresse en quarante ans, alors que les autorités avertissent que des températures plus élevées et des précipitations inférieures à la normale ont été enregistrées par les agences météorologiques en mars et avril 2022.   

C’est dans cette perspective que l’Autorité intergouvernementale pour le développement a déclaré dans le texte que les pluies échoueraient probablement pour la quatrième année consécutive, faisant craindre une augmentation des cas de malnutrition, des menaces pour les moyens de subsistance et des risques graves pour 29 millions de personnes dans la région. Les météorologues établissent un lien entre la sécheresse en cours et le changement climatique d’origine humaine qui entraîne un réchauffement accru de l’océan Indien, provoquant des cyclones plus fréquents.

Selon nos confrères de news-24.fr qui citent le communiqué, comme la majeure partie de l’Afrique, le pilier économique de l’Est et de la Corne est l’agriculture, qui est alimentée par les pluies, ce qui la rend vulnérable aux phénomènes météorologiques extrêmes. Mama Charity Kimaru, qui pratique l’agriculture mixte en élevant du bétail et en plantant des céréales et des légumes dans sa ferme de 30 acres à Nyandarua, à quelque 126 kilomètres au nord de Nairobi, la capitale du Kenya, fait partie des agriculteurs qui se préparent aux pires résultats. Kimaru dit que l’augmentation des températures enregistrée au cours des derniers mois a privé son bétail de pâturages et que les cultures qu’elle avait plantées en prévision de la longue saison des pluies ont échoué.

Le document précise que l’agence météorologique avait précédemment déclaré en février 2022 que la région devrait se préparer à une longue saison des pluies « plus humide que la moyenne », qui s’étend normalement de mars à mai, mais l’agence a révisé ses prévisions précédentes cette semaine.

« Les pluies de mars, avril et mai sont cruciales pour la région et, malheureusement, nous envisageons non seulement trois, mais potentiellement quatre saisons ratées consécutives », a déclaré dans le communiqué relayé par news-24.fr, Workneh Gebeyehu, secrétaire exécutif de l’agence intergouvernementale. « Cela, associé à d’autres facteurs de stress tels que les conflits dans notre région et en Europe, l’impact du Covid-19 et les défis macro-économiques, a conduit à des niveaux aigus d’insécurité alimentaire dans la grande Corne de l’Afrique ».

Des précipitations inférieures à la moyenne pour 2022 sont susceptibles de prolonger les conditions déjà extrêmement sèches qui n’ont pas été connues à ce degré depuis 1981. L’Éthiopie, le Kenya et la Somalie – qui seront gravement touchés par la réduction des pluies – sont déjà au milieu d’une terrible famine.

Le texte note que le manque de précipitations pendant la courte saison des pluies à la fin de l’année dernière et la sécheresse persistante pendant la longue saison des pluies actuelle ont déjà entraîné de mauvaises récoltes et des décès de bétail, entraînant des prix élevés des denrées alimentaires et des conflits intercommunautaires concernant la rareté des pâturages et la diminution des ressources en eau.

« Chaque fois que nous avons des cyclones intenses dans le sud-ouest de l’océan Indien, nous nous préparons toujours à une longue saison de sécheresse dans les régions de l’est et de la Corne. C’est parce que les cyclones aspirent une grande partie de l’humidité, privant la région des précipitations dont elle a tant besoin. C’est le modèle depuis des décennies », a déclaré Evans Mukolwe, l’ancien directeur scientifique de l’ONU.

Le texte souligne que les organisations humanitaires s’inquiètent de la façon dont l’aggravation des impacts du changement climatique affectera la région dans les décennies à venir.

« Ce n’est pas la première sécheresse dans la Corne, et ce ne sera probablement pas la dernière. À mesure que l’urgence climatique s’aggrave, les sécheresses deviendront plus fréquentes et plus graves. Les personnes touchées par le changement climatique ne peuvent pas attendre la fin d’une crise avant de se préparer à la suivante », a déclaré Sean Granville-Ross, directeur régional pour l’Afrique de l’agence d’aide Mercy Corps.

« La réponse internationale doit donner la priorité aux besoins immédiats tout en allouant des ressources supplémentaires à des interventions intelligentes à long terme qui entraîneront des changements à long terme et aideront les communautés à devenir plus résistantes à la sécheresse. »

Le bureau humanitaire de l’ONU a averti la semaine dernière que la sécheresse actuelle « risque de devenir l’une des pires urgences induites par le climat de l’histoire récente dans la Corne de l’Afrique ». Il a également déclaré que l’appel de 1,5 milliard de dollars en réponse à la sécheresse nécessaire pour aider quelque 5,5 millions de personnes en Somalie reste gravement sous-financé.

La couverture climatique et environnementale de l’Associated Press reçoit le soutien de plusieurs fondations privées. En savoir plus sur l’initiative climatique d’AP ici. L’AP est seul responsable de tout le contenu.

Moctar FICOU / VivAfrik