Les pays accompagnés dans la mise en œuvre de l’article 6 de l’Accord de Paris sur le climat

0

La représentante-résidente, de l’Institut mondial pour la croissance verte au Sénégal (en anglais : Global Green Growth Institute = GGGI) a informé que son institut lance un projet de conception d’approches politiques pour accompagner les pays dans la mise en œuvre de l’article 6 de l’Accord de Paris sur le climat.

« La COP 26 de Glasgow aura permis des avancées significatives sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat. C’est le cas en particulier de l’article 6 un enjeu clé de ces négociations depuis plusieurs années et dont les règles ont été approuvées », a rappelé Assana Magagi Alio alors qu’elle intervenait, mardi 19 avril 2022, au cours d’une session de formation des acteurs de la lutte contre les changements climatiques sur l’article 6 dans le cadre du projet de conception d’approches politiques, initié par GGGI.

A l’en croire, cette disposition vise à encadrer les mécanismes de coopération entre les différents acteurs de la transition écologique, dans le but d’aller au-delà des engagements volontaires des pays à travers leurs Contribution déterminée au niveau national (CDN).

Le Centre s’engage dans une série de session de formation pour sensibiliser les parties prenantes au processus de mise en œuvre de la CDN dans le cadre du projet de conception d’approches politiques sur l’article 6 de l’Accord de Paris, a avancé la représentante-résidente.

Au regard des opportunités d’échanges de droit d’émissions identifié au niveau national, il est « nécessaire de mettre en place une infrastructure robuste pour accompagner la mise en œuvre d’un programme d’assistance technique et de renforcement de capacités techniques des principales parties prenantes y compris leur implication pour la réalisation des CDN », a-t-elle estimé.

Il est essentiel que « nous maitrisions les mécanismes de la CDN en particulier au niveau national. Cela va permettre aux principales parties prenantes au Sénégal de tirer profit des connaissances sur les émissions mondiales en participant aux négociations au niveau mondial sur le financement de l’adaptation », a-t-elle dit.

Poursuivant son allocution, elle a laissé entendre que « la tarification du carbone va de pair avec la transparence. Notre mobilisation, aujourd’hui, traduit l’importance de la gestion qui serait traitée et ses enjeux sur le développement économique et social du Sénégal ».

« Dans toutes les juridictions mondiales, nous voyons des systèmes d’échanges de droit d’émissions qui fonctionnent à tous les niveaux du gouvernement. Ces échanges nous permettent de couvrir au niveau mondial, le taux de 54% du produit intérieur brut (PIB) », a encore indiqué Assana Magagi Alio.

Ainsi, poursuit-elle, « la phase 2 de ce projet de conception d’approches politiques relatives à l’article 6 permet la mise en place de mécanismes de tarification de carbone qui peuvent entrainer les changements transformationnels dans le processus de développement sobre en carbone à long terme de l’économie nationale ».

Cet atelier est le premier d’une série de sessions mises en œuvre par GGGI pour accompagner les pays dans la mise en œuvre de l’article 6.

Concluant son allocution, Assana Magagi Alio a assuré que les sessions seront organisées pour aborder les règles de base de cet article, la gouvernance des marchés de carbone et les contrats d’achats entre autres.

Moctar FICOU / VivAfrik