Le forum sur les droits des communautés riveraines des zones minières lancé à Boké (Guinée)

0

La 4ème édition du Forum sur les droits des communautés riveraines des zones minières de Guinée (FOCOMINES 2022) a été lancée jeudi 26 mai 2022, à Boké. Cette initiative de l’ONG Actions Mines Guinée vise à lancer le débat sur les bonnes pratiques en vue d’identifier des pistes de solution et des plaidoyers pour une exploitation minière au service du développement. L’activité regroupe des citoyens venus de toutes les localités impactées par l’exploitation minière en Guinée, rapporte le correspondant de guineematin.com, N’Diaré Diallo, basé dans la préfecture.

Si l’on se fie à la même source, la cérémonie de lancement s’est tenue dans un complexe hôtelier de la place en présence des autorités locales. Dans son intervention, Amadou Bah, le directeur exécutif de Actions Mine Guinée, est revenu sur les objectifs de la rencontre. « L’objectif principal de ce forum est de créer un cadre de dialogue multi acteurs pour discuter des enjeux et défis de l’activité minière à Boké et favoriser un partage d’expérience de bonne pratique en vue d’identifier des pistes de solution et de plaidoyer pour une exploitation minière au service du développement de la région de Boké. Boké est la première zone minière de notre pays. Boké seul donne plus de 50% de revenus à l’Etat guinéen. Donc, si nous sommes là avec l’ensemble des communautés et collectivités minières de ce pays, c’est pour discuter des enjeux et perspectives de la gouvernance du secteur extractif sur la vie de communautés sur le plan social, économique et environnemental. C’est pour renforcer nos argumentaires pour mieux défendre les communautés dans l’élaboration des politiques publiques au niveau national », a-t-il confié à notre confrère.

De son côté, la directrice générale des relations communautaires, développement du contenu local, au ministère des Mines et de la Géologie, s’est dite prête à accompagner tous ceux qui veulent aider les communautés.

« Au ministère des mines, tout ce qui touche les communautés est une priorité pour nous. Parce que la paix et la cohésion dont on parle souvent se trouvent au niveau des communautés. Nous voudrions profiter de ces panels pour parler aux communautés de ce que nous faisons pour elles. Je voudrais demander à tout le monde, surtout les communautés impactées, d’être patient et d’avoir confiance en nous. Il faut surtout que nous évitions tous les conflits qui peuvent amener à la destruction des biens que nous avons », a conseillé Aminata Kanté.

Lui succédant au micro, Djémory Djékoria Diabaté, le maire de la commune rurale de Doko, dans la préfecture de Siguiri, a invité à faire le déballage sur les maux qui minent les communautés impactées par l’exploitation minière. « Nous sommes très contents de prendre part à ce forum. Nous comprenons facilement que toutes ces structures sont là pour défende les localités abritant les sociétés minières. Je voudrais inviter mes collègues qui sont là de pouvoir exprimer les problèmes réels de nos communautés face à notre cohabitation avec les sociétés minières. Ils sont nos avocats. Mais, un bon avocat est celui qui écoute bien son client et que ce client aussi exprime mieux ses préoccupations. Si le client n’exprime pas bien ses préoccupations, l’avocat ne sera pas un bon avocat, même s’il est compétent. Alors, nous devons faire un débat franc et décomplexé car on ne peut pas comprendre que des millions de tonnes de Bauxite, d’or et de diamant soient exportés de notre pays et que nous soyons à ce niveau. Pour ça, si des gens sont là pour nous laver le dos, il faut que nous aussi nous nous lavions le ventre », a laissé entendre l’édile de Doko.

La cérémonie d’ouverture a été présidée, selon N’Diaré Diallo, par le directeur de cabinet du gouvernorat de la région administrative de Boké. Ainsi, au cours de son intervention inaugurale, Tidiane Soumah est revenu sur l’importance des mines en Guinée. « Boké, érigé en zone économique spéciale, a permis à la Guinée de se placer 2ème pays producteur de la bauxite au monde derrière l’Australie. Toutefois, il faut noter que les populations de nos localités ont soif de développement puisqu’elles sont impactées par l’exploitation minière. C’est pourquoi le gouvernement fait un effort de redistribution des ressources à travers le FODEL, l’ANAFIC et les autres projets de développement pour soulager la population », a-t-il dit.

Moctar FICOU / VivAfrik

Avec guineematin.com