Nana Akufo-Addo : « La BAD doit devenir l’institution financière dominante en Afrique pour accélérer le développement »

0

(Banque africaine de développement) – Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a conclu, vendredi 27 mai 2022, cinq jours d’assemblées annuelles à Accra, au Ghana, sur un vibrant appel de son président, Akinwumi Adesina, à être fier des progrès de l’Afrique.

Il a déclaré aux délégués lors d’une cérémonie de clôture spectaculaire à la fin des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque qu’ils étaient tous ce qu’il a appelé « des partenaires d’espoir qui partagent une passion pour le continent et qui devraient célébrer les succès de l’Afrique ».

Le président du Ghana Nana Akufo-Addo a été représenté à la cérémonie par son vice-président Mahamudu Bawumia, qui était accompagné du ministre des Finances du Ghana, Kenneth Ofori-Atta, président sortant du Conseil des gouverneurs de la Banque.

Les gouverneurs ont adopté à l’unanimité la déclaration d’Accra, qui a récapitulé toutes les décisions prises par les gouverneurs de la Banque pendant les assemblées.

Le secrétaire général du Groupe de la Banque, Vincent Nmehielle — maître d’œuvre de l’organisation des Assemblées — a remercié les autorités du pays pour avoir hébergé cette grande réunion. Il a annoncé que les Assemblées annuelles 2023 du Groupe de la Banque se tiendront à Charm-el-Cheikh en Egypte.

Le nouveau bureau du Conseil des gouverneurs a également été dévoilé. Il est dirigé par le gouverneur de la Banque pour l’Egypte, Tarek Amer, intronisé président du Conseil des gouverneurs. Le Brésil en assure la fonction de premier vice-président et l’Ouganda de deuxième vice-président.

Les Assemblées annuelles de cette année portent le cachet particulier d’un continent qui se remet des conséquences socioéconomiques de la pandémie de Covid-19. En effet, elles se tiennent pour la première fois en présentiel depuis deux ans. Durant cette période, le Groupe de la Banque avait rapidement mis sur pied un Fonds de riposte anti-Covid19, pour aider le continent à combattre cette pandémie et amorcer sa reprise économique.

Pertinence des High 5 de la Banque

Les membres du Conseil ont chacun reçu un prix en reconnaissance de leur engagement et pour avoir pris des décisions déterminantes dans un moment critique pour le continent telles que la mise en place de la stratégie de réponse de la Banque.

Les Gouverneurs ont réaffirmé la pertinence continue des 5 grandes priorités opérationnelles du Groupe de la Banque—Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, Nourrir l’Afrique, Intégrer l’Afrique, Industrialiser l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique—en tant que piliers essentiels des perspectives stratégiques du Groupe de la Banque pour les 10 prochaines années (2023 – 2032) pour construire « une Afrique prospère, fondée sur une croissance inclusive et un développement durable ».

Les gouverneurs ont réaffirmé leur volonté de renforcer le pouvoir financier et les ressources de la Banque afin de permettre un passage à l’échelle qui permettra de multiplier et d’élever le niveau des réalisations. Il a ajouté, citant le président ghanéen Nana Akufo-Addo : « Nous devrons accélérer le processus pour passer du milliard au trillion et la Banque doit devenir l’institution financière dominante en Afrique pour accélérer le développement ».

Dans son discours de clôture, le président de la Banque a annoncé la poursuite des discussions pour permettre au Fonds africain de développement de sortir sur les marchés financiers, permettant une levée de fonds beaucoup plus importante. « Avec le FAD, nous avons créé une institution puissante, la seule basée en Afrique qui finance exclusivement le développement de l’Afrique. Et le Fonds arrivant sur le marché financier avec ses 25 milliards de fonds propres ne va pas aggraver la dette de l’Afrique. »

La BAD est bien placée pour gérer les DTS de l’Afrique

Le président a réitéré son plaidoyer pour que la Banque africaine de développement soit le véhicule pour le continent des droits de tirage spéciaux (DTS). Les états de service de l’institution devraient d’ailleurs plaider largement en sa faveur. « C’est la seule institution africaine notée Triple A. Elle a été classée quatrième institution la plus transparente et meilleure institution financière multilatérale au monde », a-t-il ajouté. Il a également indiqué que les évaluations indépendantes montrent que les instruments de gouvernance de la Banque sont aux normes internationales.

Le président a assuré avoir entendu les recommandations du Conseil des gouverneurs : « Nous allons continuer à nous améliorer. Toutes les recommandations seront mises en œuvre. »

Tous les 81 pays membres, que le président Adesina a qualifiés d’«actionnaires dévoués et loyaux », ont exprimé par leur présence leur confiance dans le travail accompli par la Banque.

Le ministre Kenneth Ofori Atta a fait état du privilège d’avoir présidé pendant deux ans le Conseil des gouverneurs. « La conjoncture est difficile : les 1,3 milliard d’Africains ont besoin de solutions innovantes pour faire face à la hausse des prix et de la dette », a-t-il estimé.

« Ayons le courage de faire avancer le cadre sur le changement climatique et de soutenir les pays dans les stratégies relatives au climat pour une croissance verte et inclusive », a-t-il conclu.

Le nouveau président du Conseil des gouverneurs a invité les participants à la prochaine conférence mondiale sur le climat, la COP27, qui se tiendra à la fin de l’année dans un contexte où l’Afrique subit de façon disproportionnée les effets du réchauffement climatique.

Il a réaffirmé le soutien de l’Égypte à la Banque : « La Banque est une institution qui se distingue et nos attentes sont élevées, nous savons combien le continent a été frappé par le Covid et le meilleur moyen de tirer profit des droits de tirage spéciaux est d’utiliser le canal de la Banque. »

Pour le vice-président ghanéen Mahamudu Bawumia, les performances de la Banque africaine de développement ont concrétisé la vision des pères fondateurs. Il a mis en garde contre l’impact de la guerre russo-ukrainienne, qui sera pesant sur la croissance des économies africaines.

Il a souhaité que la stratégie que le Groupe de la Banque adoptera pour la période 2023-2032 constitue un moyen d’atteindre aussi les objectifs définis par l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Convaincu que la Banque a le leadership pour réaliser les High 5, il a déclaré être confiant que la déclaration d’Accra sera pleinement mise en œuvre.