Protection du climat : Les pays du G7 déterminés à cesser les subventions aux énergies fossiles à l’étranger « d’ici fin 2022 »

0

L’appel du président Sénégalais, Macky Sall, semble tomber dans l’oreille d’un sourd. En effet, la décision de certains pays de ne plus financer d’ici à quelques années le développement de projets de pétrole et de gaz à l’étranger pourrait être « fatale » pour les économies émergentes, comme celle du Sénégal, avait laissé entendre le président en exercice de l’Union africaine (UA) qui s’exprimait le 29 novembre 2021 pendant le sommet économique Chine-Afrique qui s’était tenu à Dakar.

« Au moment où plusieurs pays africains s’apprêtent à exploiter leurs importantes ressources gazières, l’arrêt du financement du secteur gazier, sous prétexte que le gaz est une énergie fossile, porterait un coup fatal à nos économies émergentes […]. Le blocage du financement ajoutera à l’injustice climatique dont souffre déjà l’Afrique », avait-il affirmé.

Mais grâce à un revirement du Japon qui refusait de militer en faveur de l’arrêt du financement du secteur gazier, les Etats membres du G7 ont promis, vendredi 27 mai 2022, de cesser tout financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles sans technique de capture du carbone, et ce d’ici « fin 2022 ».

« Nous nous engageons à mettre fin, d’ici fin 2022, à toute nouvelle aide publique directe à l’international en faveur du secteur de l’énergie fossile sans technique de capture de carbone », ont déclaré ces Etats dans une déclaration conjointe, à l’issue d’une réunion des ministres du Climat et de l’Energie à Berlin.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, les pays du G7 se sont également engagés à décarboner la majorité de leur secteur électrique « d’ici 2035 ». « Nous nous engageons à atteindre un secteur de l’électricité majoritairement décarboné d’ici 2035 (…) et à soutenir l’accélération de la sortie mondiale du charbon », ont-ils écrit dans une déclaration conjointe.

Moctar FICOU / VivAfrik