La COP-15 sur la biodiversité se conclura à Montréal du 5 au 17 décembre : l’approbation d’un accord mondial historique est attendue

0

COP15 Biodiversité, présidée par la Chine, Se terminera à Montréal du 5 au 17 décembre avec l’approbation attendue d’un accord mondial historique

Date et lieu confirmés alors que les nations se réunissent à Nairobi pour poursuivre le travail sur le texte final du cadre mondial de la biodiversité pour sauvegarder la nature

Sous la présidence de la Chine, la 15e Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique se réunira à nouveau du 5 au 17 décembre à Montréal, au Canada, où un nouvel accord mondial pour la sauvegarde de la nature devrait être adopté.

La décision a été confirmée lors d’une réunion du Bureau de la CDB mardi et annoncée alors que les Parties à la CDB se réunissent à Nairobi (du 21 au 26 juin) pour faire avancer les négociations sur un cadre mondial ambitieux pour la biodiversité qui mettra le monde sur la voie d’un virage. la courbe sur la perte de nature.

« Je remercie le gouvernement du Canada, en tant qu’hôte du Secrétariat, d’avoir fourni un lieu à Montréal pour cette réunion cruciale », a déclaré Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique. « Je tiens à remercier le gouvernement chinois pour sa flexibilité et son engagement continu à faire avancer notre chemin vers un cadre mondial ambitieux pour la biodiversité après 2020. J’attends avec impatience, avec le soutien de toutes les Parties, le succès de la COP15. »

Initialement prévue à Kunming, en Chine, en 2020, la COP15 a été reportée en raison de la pandémie mondiale de COVID-19 et s’est ensuite scindée en un événement en deux parties. La partie 1 s’est déroulée avec succès à Kunming en octobre dernier. Le président chinois XI Jinping et d’autres chefs d’État de huit Parties ainsi que le secrétaire général de l’ONU ont fait des présentations et des discours en ligne, renforçant leur engagement à faire face à la crise de la biodiversité. Le gouvernement chinois, la province du Yunnan et la ville de Kunming ont travaillé en permanence pour assurer le succès de la COP15.

La partie 1 de la COP15 a également été soulignée par la déclaration de Kunming et le président Xi Jinping ‘ annonce que la Chine prendrait l’initiative d’investir 1,5 milliard de RMB pour créer le Fonds pour la biodiversité de Kunming , donnant une forte impulsion politique à la gouvernance mondiale de la biodiversité et une base solide pour la deuxième partie de la COP 15.

Le président de la COP 15, le ministre Huang Runqiu, a noté que  » La Chine tient à souligner son engagement ferme et continu, en tant que président de la COP, à travailler avec toutes les Parties et parties prenantes pour assurer le succès de la deuxième partie de la COP 15, y compris l’adoption d’un cadre mondial efficace pour la biodiversité après 2020, et à promouvoir son exécution tout au long de sa présidence.

« C’est avec une grande fierté que je peux confirmer que le Canada accueillera le monde à Montréal en décembre 2022 pour la COP15. Il est urgent que les partenaires internationaux enrayent et inversent la perte alarmante de biodiversité dans le monde. Avec près d’un million d’espèces actuellement menacées d’extinction dans le monde, le monde ne peut plus se permettre d’attendre une action mondiale pour la protection de la nature. Le Canada continuera de plaider en faveur d’une collaboration internationale sur un ambitieux Cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 », a déclaré l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

Lors du quatrième cycle de négociations de six jours à Nairobi, les délégués poursuivront les progrès sur le GBF, en s’appuyant sur le travail solide entrepris à Genève en mars.

Les principaux objectifs comprennent :

  • Travailler à la finalisation du texte GBF pour la COP15, définissant l’ambition des Parties en ce qui concerne les objectifs de résultats et les cibles d’action connexes, vers la vision 2050 de « vivre en harmonie avec la nature ». Il s’agit notamment d’objectifs liés à la conservation, à l’utilisation durable et au partage des avantages, ainsi qu’à la lutte contre les moteurs de la perte de biodiversité, les subventions et le financement.
  • Renforcer le rôle des peuples autochtones, des communautés locales, des jeunes et des femmes et des autres parties prenantes
  • Fixer un calendrier pour la mise en œuvre par le biais de stratégies et de plans d’action nationaux pour la biodiversité et pour des examens réguliers des progrès jusqu’en 2030
  • Établir le cadre de mobilisation des ressources et d’autres moyens de mise en œuvre
  • mettre en évidence la contribution de la nature à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique et à d’autres objectifs de développement durable
  • Tracer la voie vers un accord sur le partage des avantages de l’information de séquençage numérique sur les ressources génétiques.

Les coprésidents des négociations, Francis Ogwal ​d’ Ouganda et Basile ​van Havre du Canada, se sont dits convaincus que « Les délégations viendront avec un mandat de compromis et de consensus qui leur permettra de surmonter les différences de manière constructive.