Transition énergétique : L’IFC a  investi 2,1 milliards de dollars en Afrique entre juillet 2021 et juin 2022

0

La société financière internationale (IFC) vise à promouvoir l’accès à des sources d’énergie plus fiables et propres à travers le continent africain notamment dans les zones rurales. Ces efforts ont obligé la société financière internationale, filiale du groupe de la Banque mondiale, d’annoncé lundi 25 juillet 2022, avoir investi 2,1 milliards de dollars en Afrique, entre juillet 2021 et juin 2022 en soutien à cette transition verte du continent, à l’amélioration de l’accès au financement climatique et au financement de projets d’énergies renouvelables.

Signalons que l’Afrique est très vulnérable aux impacts du changement climatique, malgré ses faibles émissions de carbone. Dans ce contexte, le soutien des pays riches et des bailleurs de fonds s’avère nécessaire pour assurer sa résilience climatique.

Selon l’agenceecofin.com qui donne l’information, le soutien s’est matérialisé récemment par le lancement du projet Scaling Mini-Grid en République démocratique du Congo (RDC). Le projet a recueilli 400 millions de dollars, de la part d’investisseurs privés, afin de financer le déploiement de 180 MW de capacité solaire photovoltaïque et connecter à l’électricité plus de 1,5 million de foyers, d’entreprises, d’écoles et de cliniques.

A cet, a déclaré, Sérgio Pimenta, vice-président de l’IFC pour l’Afrique, « si les effets de la crise de la Covid-19 persistent, de nouveaux défis se profilent également, notamment du fait de la hausse de l’inflation mondiale. Un secteur privé fort et engagé est indispensable pour aider les pays et les entreprises à surmonter ces défis et d’autres encore, et c’est pourquoi nous avons intensifié le financement et le soutien de l’IFC pour aider à soutenir et à créer des emplois, à améliorer les services de base et à favoriser la croissance des petites et moyennes entreprises ».

Toutefois, cet important investissement dont se félicite l’IFC est loin de combler les besoins du continent en matière de financement, notamment de financement climatique et de la transition énergétique. En effet, selon la Climate Policy Initiative, le continent africain aurait besoin de 250 milliards de dollars de financement climatique par an, d’ici à 2030.

Moctar FICOU / VivAfrik