Fuite d’hydrocarbures des pipelines de la SAR : Hann paye le plus lourd tribut  

0

Les eaux de pluie stagnantes se sont mélangées avec un liquide d’hydrocarbure à Hann Bel Air. Une fuite d’hydrocarbures des pipelines de la Société africaine de raffinage (SAR) est à l’origine de ce dommage. Ce désastre oblige Hann Bel Air de renouer avec les échappées d’hydrocarbures. Ainsi, les habitants ont été réveillés par une forte odeur de gasoil suite à la rupture d’un pipeline.

En effet, une fuite au niveau des conduites de la SAR à Hann Bel Air, avec les inondations, les hydrocarbures se sont mélangées à l’eau qui étaient dans certaines maisons, rapporte le journal Les Echos. Plusieurs maisons ont été contaminées.

Les familles doublement touchées par les inondations et la fuite de pipeline, ont été délogées. Le gouverneur de Dakar a annoncé des mesures urgentes. Il s’agit d’une couverture sanitaire avec le médecin de district et l’appui de la SAR aux familles pour des commodités.

Mieux, le gouverneur de Dakar va « faire cesser les activités qui présentent des risques au niveau du site, notamment les garages mécaniques et autres qui vont devoir suspendre leurs activités ». Al Hassane Sall va, de ce fait, travailler de pair « avec les autorités de Hann, en locurence le commandant de brigade et le chef de la section environnementale de la gendarmerie ».

Des habitants de la zone concernée ont d’ailleurs été déplacés et logés dans une école (Collège d’enseignement moyen (CEM) de Hann) en attendant d’y voir plus clair. Chaque famille déplacée a reçu de la part de la SAR la somme 100 000 francs CFA. Ce n’est visiblement pas cela qui va régler la situation. Cette situation est d’ailleurs plus grave au niveau de la cité Bellevue.

« Il y a eu une fuite sur un tuyau de la Sar qui conduit de l’essence. Cette fuite occasionne l’échappée d’une bonne quantité d’essence du tuyau conducteur. Quand il a été mis au courant de cette situation, le maire Babacar Mbengue a fait appel aux autorités administratives du pays. Mais la quantité d’essence qui s’est déversée sur le sol est très importante au point que les autorités ont été obligées de déplacer plusieurs familles qui vivaient aux alentours de la zone concernée pour les loger au niveau du lycée », a révélé l’environnementaliste Bassirou Ndiaye.

Car là, l’essence qui s’échappe des tuyaux conducteurs de la SAR a fini de se mélanger avec les eaux de pluie qui ruissellent vers la mer.                                                     

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire