26 morts dénombrés dans des feux de forêt en Algérie 

0

Au total, vingt-six personnes ont péri et plusieurs dizaines autres ont été blessées dans des feux de forêt qui ont touché 14 départements du nord de l’Algérie. C’est ce qu’a annoncé mercredi soir 17 août 2022 le ministre algérien de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, donnant un nouveau bilan de ces incendies. « Vingt-six personnes sont mortes : deux à Sétif (est) et 24 à El Tarf (est) », près de la frontière avec la Tunisie, a annoncé Kamel Beldjoud lors du journal télévisé de (19h00 GMT).

Depuis le début du mois d’août, 106 incendies ont éclaté, détruisant 800 hectares de forêt et 1 800 hectares de taillis, a précisé le ministre de l’intérieur. A l’en croire, plusieurs personnes souffrent de brûlures ou de difficultés respiratoires, mais aucun nouveau chiffre n’a été donné sur le nombre de blessés. Un précédent bilan de la protection civile faisait état de quatre personnes brûlées à divers degrés et de 41 autres souffrant de difficultés respiratoires à Souk Ahras, autre ville frontalière de la Tunisie.

Des images impressionnantes montrent des habitants de cette ville fuyant face aux flammes. Selon les médias locaux, plus de 350 familles ont quitté leur maison à Souk Ahras. La gendarmerie a fermé plusieurs routes à cause des incendies.

« Trente-neuf incendies dans quatorze wilayas [préfectures] sont en cours », a fait savoir la protection civile, précisant que la wilaya d’El-Tarf enregistrait le plus grand nombre d’incendies, avec seize feux, dont un bon nombre sont toujours en cours. Des hélicoptères bombardiers d’eau sont intervenus dans trois préfectures, dont Souk Ahras.

Avec les 26 morts de ce mercredi, le bilan de l’été 2022 grimpe à 30 morts. Pays le plus étendu d’Afrique, l’Algérie ne compte que 4,1 millions d’hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.

Depuis le début du mois d’août, 106 incendies ont éclaté détruisant 800 hectares de forêt et 1 800 hectares de taillis, a précisé le ministre de l’intérieur. « Certains de ces incendies sont provoqués », a insisté M. Beldjoud.

Chaque année, le nord du pays est touché par des feux de forêt, mais ce phénomène s’accentue d’année en année sous l’effet aussi des changements climatiques. L’été 2021 a été le plus meurtrier. Au moins 90 personnes sont mortes dans des feux de forêt qui ont ravagé le nord du pays où plus de 100 000 hectares de taillis sont partis en fumée. Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire