Vers une traçabilité totale du cacao à partir de la saison 2023 – 2024 en Côte d’Ivoire

0

Le premier producteur et exportateur de cacao au monde, la Côte d’Ivoire a annoncé la traçabilité totale de son principal produit d’exportation dès la campagne de commercialisation 2023 – 2024.

« En Côte d’Ivoire, tout le cacao produit sera traçable depuis le champ de l’exploitant jusqu’à l’usine des exportateurs dès la saison 2023-2024 ». C’est ce a laissé entendre le directeur général du Conseil café-cacao (CCC), organe étatique de gestion de la filière, Yves Brahima Koné, dans une note d’information à moins de dix jours de l’ouverture de la campagne 2022-2023.

Le responsable s’exprimait en marge du Forum de l’Association européenne du cacao (ECA) qui s’est tenu à Rome du 13 au 15 septembre 2022.

Selon lui, l’initiative s’inscrit dans le cadre des nombreux efforts mis en œuvre par l’exécutif pour lutter contre la déforestation dans la filière cacao. Elle intervient dans un contexte où la Commission européenne (CE) devrait adopter en 2023, une loi visant à empêcher l’importation de produits de base liés à la déforestation en exigeant des entreprises, des preuves que leurs chaînes d’approvisionnement ne participent pas à la destruction des forêts.

Cette nouvelle réglementation cible notamment les importateurs de soja, de bœuf, d’huile de palme, de bois, de cacao et de café dans l’UE. En se fixant comme échéance la campagne 2023 – 2024, les autorités entendent ainsi se mettre à niveau pour préserver ce débouché qui est la principale destination du cacao ivoirien comptant pour plus de 50 % des expéditions en valeur.

Signalons que ce programme de traçabilité, lancé depuis trois ans, entend parvenir à terme à un système de suivi intégral du cacao depuis les plantations jusqu’aux principaux ports d’exportation en vue d’assurer une cacaoculture durable et satisfaire aux exigences environnementales internationales.

Ce système a démarré avec le recensement des cacaoculteurs et d’autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement et leur identification par des numéros d’enregistrement.

D’un coût de 6,5 milliards de francs CFA (10 millions de dollars), l’opération de recensement des producteurs et de leurs vergers a touché quelque 993 000 agriculteurs répertoriés et cultivant plus de 3,2 millions d’hectares du binôme cacao-café.

Il faut noter que dans le cadre de ses efforts de traçabilité, le CCC pourra compter sur l’Association européenne du cacao (ECA) et l’Association européenne des industries du chocolat, des biscuits et de la confiserie (CAOBISCO).

Ces organisations ont proposé récemment de partager avec la Côte d’Ivoire et le Ghana, des données sur les exploitations de la chaîne d’approvisionnement direct de leurs membres pour aider à garantir que les produits sont exempts de déforestation lorsqu’ils entrent sur le marché unique de l’UE.

Pour rappel, en 2021, la Côte d’Ivoire a expédié du cacao et des produits dérivés pour plus de 6 milliards $ selon les données compilées sur la plateforme Trade Map.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire