Pour la présidente du groupe des PMA, le fonds « pertes et dommages » devra garantir de nouveaux financements

0

La présidente du Groupe de négociation des Pays les moins avancés (PMA) a estimé que le fonds destiné à financer les « pertes et dommages » climatiques des pays vulnérables, dont la mise en œuvre a été adoptée jeudi 30 novembre 2023 à Dubaï aux Émirats Arabes Unis, au premier jour de la 28ème Conférence de l’Organisation des Nations unies sur le climat (COP28), doit garantir « de nouveaux financements accessibles, additionnels et substantiels sous forme de subventions ».  

Madeleine Diouf Sarr qui s’exprimait lors de la cérémonie officielle d’ouverture de cette 28ème COP, en présence de son président, l’Émirati Dr Sultan Al-Jaber et de plusieurs représentants des parties a confié que « ce fonds ne devra pas simplement reconduire les modes de financement habituels mais plutôt garantir de nouveaux financements accessibles, additionnels adéquats et substantiels sous forme de subventions ».

« Ceci pourra nous permettre de redresser, de reconstruire, de réhabiliter nos pays affectés par des événements climatiques extrêmes et des évènements à évolution lentes », a ajouté la responsable sénégalaise.

« Nous espérons que les engagements importants, pris aujourd’hui sous votre leadership, vont continuer demain et pendant toute cette période de la COP 28, pour avoir une capitalisation adéquate du fonds pertes et dommages », a encore soutenu Mme Sarr, au nom des 46 pays membres du groupe des PMA, souhaitant voir le fonds « répondre, dès cette année, aux besoins des communautés impactées par les changements climatiques ».

Poursuivant son allocution, elle s’est félicitée des orientations de cette COP, notamment sur la façon de prendre en charge les besoins des communautés vulnérables face aux changements climatiques, particulièrement les pays les moins avancés et les États insulaires.

Rappelons que le Sénégal assure la présidence du groupe de négociation des PMA, à la 28ème Conférence des Nations unies sur le climat.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire