COP28 : L’AFAWA de la BAD fait un don de 1,8 M$ pour renforcer les compétences de milliers de femmes avec Export Trading Group

0

L’initiative Affirmative Finance Action for Women in Africa (AFAWA, pour Initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique, en français) du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et Export Trading Group ont signé un accord d’assistance technique d’un montant de 1,8 million de dollars pour renforcer les compétences entrepreneuriales des femmes dans quatre pays africains.

Si l’on se fie à un communiqué de la BAD reçu à VivAfrik et diffusé à Dubaï aux Émirats arabes unis le 10 décembre 2023, les cadres dirigeants des deux organisations ont pris part à une cérémonie de signature qui s’est tenue, mardi 5 décembre 2023, en marge de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP28) à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Le don, destiné à mettre en œuvre le projet « Renforcer les compétences entrepreneuriales des entreprises détenues et dirigées par des femmes ainsi que des employées » soutiendra les employées et les entrepreneuses d’Export Trading Group, ainsi que les petites et moyennes entreprises et les coopératives dirigées par des femmes. Le projet sera déployé au Mozambique, en Tanzanie, au Zimbabwe et en Zambie.

La même source a fait valoir que le projet vise à toucher jusqu’à 3 600 femmes et entreprises dirigées ou détenues par des femmes en les plaçant dans la chaîne d’approvisionnement mondiale d’Export Trading Group sur une période de quatre ans. ETG est une société multinationale reconnue comme étant un groupe de chaînes d’approvisionnement agricoles à croissance rapide et verticalement intégrée en Afrique subsaharienne. Elle est présente dans 40 pays. AFAWA est une initiative panafricaine qui aide à combler le déficit de financement de 42 milliards de dollars auquel les entrepreneuses africaines sont confrontées, comparativement aux hommes.

D’après la vice-présidente de la Banque africaine de développement chargée de l’Agriculture et du Développement humain et social, « l’intégration des femmes dans la chaîne de valeur d’Export Trading Group contribuera grandement à combler les inégalités entre les genres en fournissant un accès équitable aux compétences en matière d’agriculture résiliente aux changements climatiques [et intelligente face au climat], et en créant une infrastructure rurale qui soutient toutes les facettes de la participation des femmes aux marchés agricoles ». 

« Cela contribuera de manière significative à la sécurité alimentaire et à la croissance économique dans les quatre pays », a ajouté Beth Dunford.

L’assistance technique comprend la formation des employées à développer un esprit d’entreprise et faciliter leur accès au financement et aux liens avec le marché. Les femmes représentent une large proportion de la main-d’œuvre agricole en Afrique, de la production à la consommation. Les femmes prennent également 70 à 80 % des décisions d’achat. Le don est financé par le biais de l’initiative Women Entrepreneurs Finance Initiative (WeFi), gérée par la Banque, qui fait partie de l’initiative AFAWA. La Farmers Foundation d’Export Trading Group participera également au projet, en fournissant aux petits exploitants agricoles des services de formation et de vulgarisation en matière de compétences commerciales de base et de bonnes pratiques agricoles.

Pour sa part, Paul Van Spaendok, directeur de la trésorerie d’ETG a laissé entendre : « nous sommes fiers de nous associer à la Banque africaine de développement dans le cadre de l’initiative AFAWA. En autonomisant les entrepreneuses en Afrique, nous pouvons faire prospérer les économies et les communautés locales, ce qui est au cœur de notre stratégie d’entreprise. Il est important de trouver les bons partenaires dans cette démarche, et cette collaboration nous rapproche de nos objectifs ».

« L’Afrique subsaharienne affiche le plus grand nombre d’entrepreneuses, mais leurs luttes pour dépasser le stade de la subsistance sont toujours d’actualité. L’harmonisation des efforts des secteurs public et privé est une démarche nécessaire pour permettre aux employées, aux entrepreneuses et aux entreprises le long des chaînes de valeur agricoles de lutter contre les contraintes existantes et d’avoir une chance équitable de prospérer », a, de son côté, déclaré Kamini Menon, directrice générale de l’Export Trading Group Farmers Foundation.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire