Risque de « catastrophe » humanitaire : Le Royaume-Uni au chevet de la population éthiopienne

0

L’impact de la sécheresse est dévastateur en Ethiopie. L’est du pays, et particulièrement dans la région d’Afar, d’Oromia et de Somali, est frappé de plein fouet par une vague de sécheresse qui assèche les puits d’eau et empêche de cultiver les terres. En parallèle, la population est confrontée à un manque critique d’accès à l’eau potable, où 95% des sources d’eau sont à sec dans certaines régions à l’est de l’Ethiopie.

Pour faire face à cette situation, le Royaume-Uni a annoncé lundi 5 février 2024 une nouvelle enveloppe de 100 millions de livres (117 millions d’euros) pour venir en aide à la population éthiopienne, s’inquiétant du risque de « catastrophe humanitaire » en raison de la guerre et la sécheresse.

La situation ne cesse de s’aggraver dans ce pays de la Corne de l’Afrique et notamment dans la région du Tigré, où la sécheresse, les conflits et les déplacements de populations sont à l’origine de famines et maladies. Pour faire face aux pénuries de nourriture et de médicaments, « la communauté internationale doit venir en aide à l’Ethiopie », a exhorté le secrétaire d’Etat chargé du Développement et de l’Afrique, Andrew Mitchell, cité dans un communiqué au lendemain d’un déplacement dans le pays. « Dans une région qui a connu les horreurs de la famine, nous devons intensifier les efforts pour éviter une crise majeure », a-t-il insisté, soulignant le « risque croissant de catastrophe humanitaire ».

Le manque d’eau potable fragilise d’avantage la situation de la population. Des familles doivent aller chercher de l’eau dans des villages voisins, avec un trajet qui peut aller jusqu’à 15km à pied. Certains enfants se voient obligés de boire de l’eau contaminée, les mettant ainsi à risque de contracter des maladies, notamment la diarrhée qui constitue une cause majeure de décès chez les enfants de moins de cinq ans. Dans les régions d’Oromia et de Somali, près de 4,4 millions de personnes sont confrontées à de graves pénuries d’eau.

Avec ce nouveau financement, le gouvernement britannique prévoit d’« aider plus de trois millions d’Ethiopiens – principalement des femmes et des enfants – à avoir accès aux soins essentiels ». Ce fonds devrait faciliter, entre autres, « l’accès à la planification familiale, aux médicaments et aux vaccins pour les enfants », en ciblant les moins de cinq ans, les femmes enceintes et celles qui viennent d’accoucher.

Fin décembre 2023, les autorités du Tigré ont mis en garde contre une famine imminente, due à la sécheresse et aux effets persistants de la guerre qui a opposé pendant deux ans le gouvernement fédéral à cette région du nord du pays. Un accord de paix scellé en novembre 2022 a mis fin à la guerre, mais des violences se poursuivent depuis. Le phénomène climatique El Niño a en outre affecté plus de 17 millions de personnes en Ethiopie et son impact dans les régions du nord est particulièrement préoccupant, a souligné le chef de l’OMS en janvier 2024.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire