Assainissement au Sénégal : Cheikh Tidiane Dièye promet des « actions rationalisées » contre les inondations à Kaolack

0

Le ministre Sénégalais de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Cheikh Tidiane Dièye, venu au chevet des populations des zones envahies par les eaux de pluie à Kaolack, a promis de mener des « actions rationalisées » pour éradiquer les inondations.

« J’ai demandé à tous les services de faire en sorte que, dès demain matin », lundi 8 juillet 2024, « des actions rationalisées soient menées, qui puissent avoir des résultats », a-t-il dit.

Cheikh Tidiane Dièye signale que les démarches prévues seront menées « avec la collaboration de la municipalité de Kaolack ».

Le ministère et ladite mairie vont « mutualiser » leurs efforts, selon M. Dièye. Il a visité les zones inondées à Kaolack, dimanche, à la suite des fortes pluies tombées sur cette ville.

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement était venu s’enquérir de la situation des inondations dans cette commune et assurer les populations affectées de sa solidarité et de celle du gouvernement.

« On travaille sur des actions d’urgence, les problèmes sont identifiés et on va accélérer le travail dès ce soir en faisant venir des engins qui vont renforcer le curage, creuser davantage les bassins et continuer le pompage avec plus d’électropompes, pour évacuer les eaux et soulager les familles envahies par les eaux », a dit M. Dièye.

Il a salué la contribution des populations et a fait observer que certains exutoires sont obstrués, ce qui empêche l’eau de couler par les voies naturelles.

« Certaines canalisations sont obstruées par l’action humaine, avec des déchets qui y ont été déversés », a observé Cheikh Tidiane Dièye, ajoutant : « Ici, à Kaolack, la pluviométrie a dépassé 75 mm, dont 58 mm en une seule pluie ».

« Même dans les zones où il y a des canaux d’évacuation, c’est lourd à supporter, à plus forte raison là il n’y en a pas et où l’eau va stagner pendant un bon moment », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement a déploré « l’indiscipline et le manque de civisme de certaines personnes qui prennent les canaux à ciel ouvert pour des dépotoirs ».

Il faut davantage sensibiliser les populations et « éveiller les consciences » en vue d’un bon usage des infrastructures d’assainissement, a-t-il.

Cheikh Tidiane Dièye, après avoir évalué le dispositif de prévention mis en place par les services concernés par la lutte contre les inondations, assure avoir « pris toute la mesure de ce problème ».

Il est impossible de résoudre les problèmes d’inondation cette année, « parce qu’ils sont là depuis longtemps, parce que les causes ne peuvent pas être éradiquées en deux ou trois mois », a précisé M. Dièye.

« J’ai dit, ici, à Kaolack, et partout dans le pays que je ne promettrai jamais qu’il n’y aura pas d’inondation. Mais partout où il y aura des difficultés, vous nous verrez à vos côtés. Nous ne vous laisserons pas dans ces difficultés […] Nous allons tout faire pour vider l’eau de vos maisons », a-t-il promis.

Cheikh Tidiane Dièye rappelle que personne ne doit habiter dans les zones non aedificandi, où la nappe affleure pendant la saison sèche.

« Quand on construit sa maison dans ces zones-là et que derrière il n’y a pas de réseau d’assainissement, forcément, pendant la pluie, les eaux vous envahissent », a-t-il dit.

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement annonce que des « projets d’envergure seront mis en œuvre après l’hivernage ».

« Kaolack fait partie des villes prioritaires », a-t-il promis, précisant qu’il s’agira de doter les villes bénéficiaires d’infrastructures d’assainissement.

« Les études seront lancées rapidement pour que tous les projets figurant dans le programme politique du président Bassirou Diomaye Faye en matière d’assainissement soient mis en œuvre aussitôt après l’hivernage », a-t-il assuré.

Selon Cheikh Tidiane Dièye, lors des opérations de nettoiement des villes du 1er juin dernier, le Premier ministre avait demandé au ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat d’empêcher la construction de maisons dans des zones non aedificandi.

« En relation avec les collectivités territoriales, tout sera fait pour que la réglementation soit appliquée rigoureusement, pour empêcher que des promoteurs immobiliers, par exemple, aillent faire des lotissements dans des zones dont la cartographie montre que ce sont des zones facilement inondables », a-t-il promis.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire