La tempête meurtrière Béryl remonte les États-Unis, frappés par une vague de chaleur

0

Après avoir causé au moins huit morts dans le sud des États-Unis, la tempête Béryl se dirigeait mardi soir 9 juillet 2024 vers le centre et le nord-est du pays, où des inondations sont redoutées. En parallèle, une vague de chaleur extrême frappe l’Ouest américain et a déjà tué plusieurs personnes.

Plusieurs États du centre et du nord-est des États-Unis sont en alerte aux inondations, mardi 9 juillet 2024, avant le passage de la tempête Béryl, qui a déjà fait au moins huit morts dans le sud du pays.

Après avoir traversé les Caraïbes en tant qu’ouragan, Béryl a touché, lundi 8 juillet 2024, le sud des États-Unis, faisant au moins sept victimes au Texas et une en Louisiane, ont annoncé les autorités.                          

Béryl, rétrogradé en cyclone post-tropical, traverse désormais les États-Unis vers le nord-est, avec des risques de crue soudaine mardi soir autour de l’Ohio, relève les services météo américains (NWS), et se dirige mercredi vers la Nouvelle-Angleterre et le Canada. Des tornades sont également possibles mardi dans certaines régions, a prévenu l’organisme.

L’essentiel des dégâts est à déplorer au Texas, où près de deux millions de clients étaient privés, lundi 8 juillet 2024, d’électricité, selon le site poweroutage.us.

Au moment où une terrible vague de chaleur frappe également le pays, ces coupures constituent l’aspect « le plus inquiétant », a déclaré dans un communiqué le président Joe Biden, qui souligne l’aide de l’État fédéral sur place, notamment en groupes électrogènes. « Nous serons aux côtés des Texans aussi longtemps que nécessaire », a-t-il ajouté.

Phénomène précoce

Quatre personnes sont décédées dans la région de Houston, selon le maire de cette grande ville du sud du Texas et la police locale.

Un employé de la police municipale est notamment décédé dans les inondations alors qu’il cherchait à se rendre à son travail, a détaillé le maire John Whitmire, précisant qu’une autre personne était morte dans un incendie provoqué par la foudre. Deux autres décès liés à des chutes d’arbres avaient été annoncés plus tôt lundi par les autorités de la région.

Plus au nord, dans le comté de Benton en Louisiane, une femme est décédée après qu’un arbre est tombé sur son domicile, a indiqué la police locale sur Facebook.

Avant d’atteindre les États-Unis, Béryl a provoqué au moins 10 décès dans les Caraïbes et au Venezuela, où il avait atteint la catégorie 5 sur l’échelle Saffir-Simpson des ouragans, soit la plus élevée.

Il est extrêmement rare qu’un phénomène de cette puissance arrive aussi tôt dans la saison. Béryl est l’ouragan le plus précoce en 10 ans à toucher les États-Unis, selon l’expert Michael Lowry.

Pour les scientifiques, le changement climatique, en réchauffant les eaux des océans, rend plus probable l’intensification rapide des tempêtes et augmente le risque d’ouragans plus puissants.

Vague de chaleur extrême

Le réchauffement climatique est aussi lié à la vague de chaleur extrême qui a endeuillé l’Ouest américain ces derniers jours. Les alertes à la canicule concernaient plus de 160 millions de personnes aux États-Unis mardi. Le mercure est anormalement élevé dans l’est et le sud du pays, mais c’est dans la partie occidentale que la chaleur est la plus brutale.

Dans le Nevada, Las Vegas a connu dimanche sa température la plus chaude jamais enregistrée, avec 48,9 °C. Ce genre de températures suffocantes va se maintenir dans l’Ouest américain toute cette semaine, selon les services météorologiques américains (NWS). « La chaleur persistante et record est extrêmement dangereuse pour ceux qui n’ont pas accès à une forme de climatisation », ont-ils averti mardi sur X.

De fait, plusieurs morts dues à la chaleur ont déjà été signalées dans toute la région. Un motard est par exemple décédé samedi lors d’une expédition dans la Vallée de la mort, où le mercure a dépassé les 52 °C ce jour-là. Un de ses camarades appartenant au même groupe a dû être hospitalisé, selon les responsables de ce parc national, connu comme l’un des endroits les plus chauds du monde.

En Oregon, au moins quatre morts probablement liées à la chaleur ont été comptabilisées depuis vendredi, selon les médias locaux. Dans cette région du nord-ouest, habituellement plus tempérée, la ville de Salem a atteint 40 °C lundi 8 juillet 2024.

Des incendies en Californie

En Californie, en Arizona ou en Idaho, des dizaines de villes ont établi des records de températures absolus ou saisonniers ces derniers jours.

« Il s’agit d’une vague de chaleur record », a résumé Daniel Swain, climatologue à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), lors d’un point presse en ligne ce week-end. En Californie, certains habitants endurent « non seulement la journée la plus chaude qu’ils aient jamais vécue, mais aussi la journée la plus chaude que leurs parents ou grands-parents aient jamais vécue », a-t-il ajouté.

Les températures rendent la tâche des pompiers particulièrement difficile, alors que plusieurs incendies sont en cours dans le « Golden State ». Dans la région de Santa Barbara, le « Lake Fire » a ravagé près de 11 000 hectares et provoqué des évacuations. L’incendie menace désormais le ranch Neverland, qui a longtemps appartenu à Michael Jackson.

Avec AFP

Laisser un commentaire