JME 2015 au Maroc : « sensibiliser les jeunes sur les défis des changements climatiques »

0

Le Maroc s’est engagé de manière «volontaire mais forte» dans la lutte contre le réchauffement climatique, dans le cadre d’une approche intégrée, participative et responsable, a affirmé vendredi à New York, l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale.Ainsi, le Maroc a élaboré, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, son plan d’investissement vert en restant convaincu que les ambitions globales pour assurer une croissance verte appelle à un financement climatique consistant pour permettre le déclenchement d’un développement économique respectueux de l’environnement, a souligné M. Hilale à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement.L’ambassadeur intervenait au siège des Nations Unies devant de jeunes lycéens francophones inscrits au «French Heritage Language Program» à New York.Cette manifestation a pour objectif de sensibiliser les jeunes sur les défis des changements climatiques et quant à leur contribution à la sauvegarde de l’environnement à l’occasion de cette journée sur le thème : «Débat citoyen planétaire sur l’énergie et le climat».A travers le plan d’investissement vert, a poursuivi l’ambassadeur qui s’exprimait en sa qualité de Président du groupe des ambassadeurs francophones de New York, le Maroc a fait le choix d’entreprendre une approche transversale intégrée et participative pour permettre sa transition vers une économie verte, soulignant que la mobilisation de l’Etat, l’attractivité du secteur privée, et la conscience générale sont les trois moteurs à mettre à profit pour relever ces défis et positionner le Maroc comme leader de sa région.

Pour l’ambassadeur, le choix d’organiser cette rencontre avec ces jeunes lycéens, illustre le rôle primordial que pourrait jouer cette catégorie d’âge, la plus dynamique, dans les efforts des Nations Unies visant à faire face à la destruction de l’environnement.

«Nous voulons qu’il y ait une conscience parmi notre jeunesse de la culture de l’environnement et partant, leur offrir l’opportunité pour exprimer leur vision sur la protection de l’environnement et participer en tant qu’acteurs indispensables à la lutte contre les changements climatiques», a-t-il dit.

Les pays francophones, qui représentent plus du tiers des membres des Nations Unies, ont rendez-vous, cette année avec plusieurs événements, notamment l’adoption de l’Agenda de développement de l’après 2015, la Conférence internationale d’Addis-Abeba sur le financement du développement et la Conférence de Paris sur les changements climatiques.

«Dans ce cadre, la francophonie aura un rôle crucial à jour sur la scène internationale», a dit l’ambassadeur au cours de cette manifestation en présence du Sous-secrétaire général des Nations Unies aux changements climatiques, Janos Pasztor, et du représentent permanent adjoint de la France à l’ONU, Alexis Lamek.

Néanmoins, a-t-il dit, en travaillant dans un esprit de coopération «nous pouvons tous faire réussir les trois événements précités en vue d’améliorer la résilience des pays en développement, en particulier en Afrique, pour affronter les défis du changement climatique et prendre des mesures efficaces pour la protection de l’environnement».

La Conférence de Paris sur les changements climatiques «doit marquer une étape décisive dans les négociations du futur accord international en adoptant ses grandes lignes, avec comme objectif que tous les pays, dont les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre, soient engagés pour la première fois par un accord universel sur le climat», a-t-il insisté.

Ce processus, a-t-il expliqué, devra être finalisé par des actions concrètes devant être formulées lors de la 22ème conférence qui sera abritée par le Maroc l’année prochaine pour mettre en œuvre l’instrument juridique sur le climat qui sera adopté à Paris en décembre. Dans cette perspective, a-t-il conclu, le Maroc «a placé les questions de l’environnement au cœur de ses priorités diplomatiques, en valorisant l’approche participative initiée à l’échelle nationale pour l’élaboration des contributions du Royaume en vue de lutter contre les changements climatiques». VivAfrik via lematin.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here