Financement des énergies renouvelables : que faire de l’immense potentiel naturel de l’Afrique?

1

A quelques mois de la cruciale conférence pour le climat COP21 qui doit se tenir à Paris fin Novembre, tous les regards se braquent sur la question fondamentale du financement des énergies renouvelables.

L’Afrique, et en particulier le Grand Nord Ouest Africain, doté d’une forte exposition à la fois au soleil et au vent sur sa façade atlantique, est une région du monde qui se trouve face à une fenêtre d’opportunité autant exceptionnelle qu’historique.

Les conditions techniques et historiques sont réunies

D’un côté, les conditions « techniques » sont réunies pour déployer d’ambitieux plans solaires ou éoliens, à l’instar du plan solaire marocain (PSM) qui ambitionne de produire 2gigawatts entre 2015 et 2019 et nécessite un investissement de 9 milliards de Dollars . L’avènement des mini-centrales solaires et leur maturité technologique permettent également de désenclaver des zones éloignées des réseaux nationaux, ce qui constitue en soi une mini-révolution pour l’Afrique.

D’un autre côté, les besoins en infrastructures propres pour produire de l’énergie n’ont jamais été aussi prégnants en Afrique avec l’instabilité du cours du pétrole, qui implique que les pays africains s’appuient sur des sources alternatives d’énergie.

Reste une question de taille: Comment financer dans de bonnes conditions l’équipement et l’utilisation de ces infrastructures énergétiques propres ?

Créer les conditions de la convergence des financements en faveur des énergies propres

Face aux besoins énormes en financement que nécessitent les énergies propres, il est indispensable de pouvoir canaliser les investissements et leur offrir un véhicule financier adapté qui puisse garantir à la fois la sécurité de l’apport, un cadre fiscal avantageux, ainsi qu’une dimension régionale afin d’atteindre la masse critique.

C’est dans cet esprit que le Maroc, à travers la plateforme panafricaine Casablanca Finance City, veut participer à la convergence des financements en faveur de l’énergie propre à travers un ensemble cohérent de mesures incitatives pour les financeurs.

Un enjeu de taille: Construire une « Afrique verte »

L’enjeu, ne nous y trompons pas, est tout simplement la construction d’une « Afrique verte », qui ne se lancera pas dans la course mondiale à la pollution, à l’heure où les grandes puissances négocient difficilement afin de réduire leurs émissions polluantes.

Pour cela, un financement compétitif des énergies solaires et éoliennes devient une nécessité impérieuse, comme semblent l’avoir compris certains grands acteurs internationaux, qui s’intéressent de plus en plus au continent.

huffpostmaghreb.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here