Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara inauguration une centrale thermique de 234 MW

0

  Le président de la République de la Côte d’Ivoire a inauguré, mercredi soir, à Vridi, dans le sud d’Abidjan, la dernière phase de l’extension de la centrale thermique de la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel), pour fournir 234 mégawatts(Mw) supplémentaires, représentant l’accès à l’électricité à un million de personnes, apprend-on dans starafrica.com, parcouru par VivAfrik.

« Avec la mise en œuvre de cette centrale, la Côte d’Ivoire a atteint pratiquement son objectif de 2000 Mw. C’est l’objectif que nous avons annoncé il y a quelques années quand nous sommes arrivés aux affaires. Beaucoup pensaient que cela était impossible. Cela montre à quel point le gouvernement a fait preuve non seulement d’engagement mais également d’assiduité », a laissé entendre le président Alassane Ouattara, saluant « la confiance » des bailleurs de fonds. Et le chef de l’Etat de renchérir « Je suis tellement fier de pouvoir dire à nos concitoyens que non seulement nous avons un plus d’électricité en abondance mais nous avons également de l’électricité de bonne qualité pour les ivoiriens, pour améliorer le quotidien de nos concitoyens mais pour bien sûr être disponible pour aider les pays voisins dans la solidarité ». Poursuivant son speech, il relève que c’est un « un événement majeur pour la Côte d’Ivoire, la sous-région ».S’agissant du coût, M. Ouattara a indiqué que l’objectif est de parvenir à le réduire. «Quand la qualité est meilleure, c’est comme si on avait gagné en prix. Pour le moment, je sais que le coût est ajusté de manière à tenir compte de l’environnement de production de la demande, mais notre objectif à terme c’est d’arriver à réduire le prix de l’électricité », a-t-il dit. Révélant que « ce n’est pas encore le cas mais nous allons y arriver. Moi je suis très fier que nous ayons moins de coupure d’électricité, que nous ayons de l’électricité de meilleure qualité et que nous puissions demander que nos centrales puissent aider les autres pays de la sous-région », a conclu le Chef de l’Etat ivoirien.

 Le ministre ivoirien du pétrole et de l’énergie, Adama Toungara indique pour sa part que « notre gouvernement prévoit de doubler la capacité énergétique de la Côte d’Ivoire, actuellement évaluée à 2 000 Mw, d’ici à 2020 et de parvenir à 6 000 Mw en 2030. Pour y parvenir, nous tablons sur 9 milliards de dollars d’investissements sur les cinq prochaines années dans le cadre du Plan national de développement (Pnd 2016-2020) ». Et d’ajouter que, « nous pourrons développer notre industrie, accentuer notre compétitivité et parvenir à l’émergence. Avec l’augmentation significative de ses capacités, Ciprel est une pièce maîtresse dans l’atteinte de nos objectifs. » « Avec l’inauguration de cette extension, caractérisée par la mise en service d’un cycle combiné gaz-vapeur (également baptisé Ciprel IV), Ciprel confirme sa position de leader dans la production d’électricité en Côte d’Ivoire avec une capacité installée qui est passée de 321 à 556 mégawatts, soit une production additionnelle d’électricité de 1 600 gigawatts-heure (Gwh) par an », a renchérit son directeur général Bernard Kouassi N’guessan. Se précipitant de préciser que « cela représente l’accès à l’électricité pour un million de personnes supplémentaires » avant souligner par la même occasion que Ciprel fournit un tiers de la production nationale d’électricité en Côte d’Ivoire, soit 46,6%. « C’est en vertu à la fois du succès des trois premières phases de développement de la centrale et du respect scrupuleux de ses engagements envers l’État de Côte d’Ivoire que Ciprel s’est vue confier, le 20 décembre 2011, une nouvelle extension pour accompagner la relance économique du pays, baptisée Projet Ciprel IV. La cérémonie qui nous réunit ce jour marque la mise en service totale de ce projet », a poursuivi M. N’guessan.

Ciprel IV est l’un des principaux projets d’infrastructures de Côte d’Ivoire de ces dernières années. Un investissement de 340 millions d’euros (223 milliards de francs CFA) a été mobilisé auprès des actionnaires de Ciprel (groupe Eranove, État de Côte d’Ivoire, BOAD), de banques nationales et régionales (avec Oragroup comme arrangeur) et de banques multilatérales conduites par International finance corporation (Ifc, Groupe Banque mondiale). Le projet a mobilisé 2500 travailleurs en période de pointe. Ciprel IV représente également une avancée environnementale, avec la mise en œuvre du cycle combiné, une technologie innovante et performante. En effet, ce système permet de produire plus d’électricité sans consommation additionnelle de gaz. Cela induit à une optimisation du coût de production de l’énergie électrique, l’économie des ressources gazières nationales et permet d’éviter le rejet de 500 000 tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère. « La mise en service dans le calendrier prévu de la phase IV de Ciprel souligne la qualité de nos relations avec le gouvernement de Côte d’Ivoire et la solidité de nos capacités industrielles. Nous nous réjouissons de pouvoir continuer ce partenariat gagnant-gagnant qui permet à la Côte d’Ivoire de consolider son rôle de hub énergétique régional », a souligné M. Marc Albérola, directeur général du groupe Eranove, actionnaire majoritaire de Ciprel. Créée en 1994 dans le but de contribuer à répondre aux besoins énergétiques croissants de la Côte d’Ivoire, Ciprel est historiquement le premier producteur d’électricité indépendant (Ipp) en Afrique de l’Ouest.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here