La Somalie veut mettre à termes les mutilations féminines

1

À tout juste six ans, Hibo Wardere s’est entendue dire: “Tu es courageuse, tu es très forte, demain tu vas devenir une femme”. Puis, on l’a conduite dans une baraque de fortune, au coeur de la capitale somalienne Mogadiscio, et une “coupeuse” locale lui a retiré les parties génitales avec un rasoir, rapporte avaaz.org avec une pétition à l’adresse d’Hassan Mohamoud, Président de la Somalie, à Omar Sharmarke, Premier ministre, et à Zahra Samantar, ministre du droit des femmes et du développement des droits humains

Hibo fait partie des 200 millions de filles et de femmes, dans 30 pays à travers le monde, à avoir subi des mutilations génitales féminines (MGF). Mais en Somalie, où 98% des filles et femmes ont été mutilées – 98%! -, la ministre du droit des femmes est en train de préparer l’interdiction totale de cette pratique cruelle. Les experts locaux affirment qu’une vague mondiale de soutien à une politique nationale de tolérance zéro pourrait déboucher sur l’interdiction complète en quelques semaines!

L’État du Puntland, au Nord-Est de la Somalie, est en train d’adopter cette interdiction intégrale, et on a déjà vu par le passé le gouvernement central s’inspirer des lois progressistes de cette région. Si nous sommes suffisamment nombreux à encourager ces décideurs audacieux dans leur combat pour protéger les jeunes filles dès maintenant, nous renforcerons leurs initiatives et nous contribuerons à l’adoption d’une loi dès la prochaine session parlementaire. Rejoignez cet appel, et parlez-en autour de vous.

1 COMMENTAIRE

  1. Plasticienne engagée, j’ai réalisé une oeuvre sur le sujet des mutilations sexuelles intitulée « Infibulation », que j’ai pu présenter à 400 lycéens français pour la Journée des Femmes 2018. Le dialogue fut incroyable avec des élèves qui découvraient cette pratique barbare.

    Quand l’art permet de parler directement des MGF et d’ouvrir le débat.

Laisser un commentaire