Le Kenya à l’heure du recyclage du plastique

0

Considéré comme un véritable fléau national, la prolifération des déchets plastiques au Kenya impose la mise en place de multiples mesures pour tenter de lutter contre une forte pollution au plastique.

Cette pollution est due, selon francetvinfo.fr, d’abord à la consommation locale d’emballages. La capitale Nairobi détient le triste record de la plus grande décharge d’ordures d’Afrique dans le quartier de Dandora, 45 hectares à ciel ouvert. A l’occasion de la Journée mondiale du recyclage célébrée le 15 novembre 2017, les autorités du pays de l’Afrique de l’Est ont réaffirmé leur volonté de freiner ce fléau. En dehors du recyclage, le Kenya a pris une mesure radicale contre le plastique en aout 2017. Le pays a adopté une loi qui interdit la fabrication, l’importation et l’utilisation de sacs plastiques. Les contrevenants s’exposent à une amende qui peut aller jusqu’à 32.000 euros et quatre ans de prison. Pour les premiers mois d’application de la loi, les autorités affirment qu’elles vont faire preuve de mansuétude, renseigne notre source. africanewshub.com qui confirme cette information, note dans ses colonnes qu’il y a la pollution aux plastiques qui arrive par l’océan indien. Les plages kenyanes sont submergées. Il faut savoir que huit millions de tonnes de plastiques sont déversées chaque année dans les océans. Les entreprises spécialisées dans le processus de la transformation du plastique ramassé sont disponibles. A Nairobi, le plastique est broyé, puis envoyé dans des fours. Il ressort sous forme de pâte et sert à fabriquer des poteaux pour les clôtures ou des de charpentes pour les bateaux. Ce qui permet d’ailleurs au Kenya de couper moins d’arbres. Sur la côte, une association transforme les tongs en plastique en jouets, en bijoux et même en œuvres d’art.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here