Contribution déterminée au niveau national (CDN) du Sénégal

0

Le gouvernement du Sénégal a mis en place la Contribution prévue déterminée au niveau national (Cpdn) afin d’évaluation rigoureusement sa situation environnementale, devenue en 2017 la Contribution déterminée au niveau national (CDN).

Qu’est-ce qu’une Contribution déterminée au niveau national (CND)?

Élaborée par une équipe de consultants locaux sous l’encadrement de la Direction de l’environnement et des établissements classés (Deec) du ministère de l’Environnement et du Développement durable en collaboration avec le Comité national sur les changements climatiques (Comnacc). Elle est réalisée sur la base d’un processus participatif et inclusif. La Cpdn a permis à l’Etat sénégalais de produire un ensemble d’actions significatives qui manifestent l’engagement du Sénégal à contribuer largement à relever le défi collectif de lutte contre le changement climatique.

CPDN et PSE

La Contribution déterminée au niveau national s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement du Plan Sénégal émergent (Pse), ainsi que ses programmes sectoriels de gestion durable de ses ressources naturelles et environnementales.

L’évaluation rigoureuse de la situation environnementale a permis d’identifier les volets d’atténuation et d’adaptation des secteurs porteurs, de façon à prioriser les activités de maîtrise des impacts du changement climatique comme l’agriculture, la pêche, la foresterie, le transport, la gestion des déchets, l’énergie et l’industrie.

En outre, le Sénégal a mis en œuvre plusieurs projets et programmes ayant pour objectif l’accélération de la croissance économique, la réduction de la pauvreté et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens. Cette stratégie repose en grande partie sur l’exploitation des ressources naturelles et exige, afin de garantir une croissance durable et responsable, une bonne gestion de ces ressources.

Conséquences du changement climatique au Sénégal

Plusieurs études réalisées au Sénégal renseignent sur les conséquences du changement climatique. Elles traduisent la vulnérabilité des écosystèmes du Sénégal, nécessitant des actions précises d’atténuation et d’adaptation aux perspectives climatiques futures afin d’en maîtriser les impacts potentiels. Dans le dessein de pérenniser ces acquis, un atelier national, tenu le 14 septembre 2015 et  présidé par le ministre de l’Environnement et du Développement durable a permis aux autorités sénégalaises de valider des engagements précis de réduction des émissions de Gaz à effet de serre (Ges) d’ici à l’horizon 2035.

C’est dans cette logique que la Cpdn a été adoptée au conseil des ministres du 16 septembre 2015. Malgré des capacités limitées et le faible niveau des émissions actuelles du Sénégal, cette contribution a justifié la participation des autorités sénégalaises aux stratégies globales d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques tenues lors de la COP21 de Paris. La mise en œuvre de la Cpdn nécessite d’importants moyens humains et technologiques, mais aussi l’appui de la communauté internationale afin de permettre des réductions encore plus significatives d’émissions de Ges.

Aminata NDIAYE (Stagiaire) / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here