Assainissement en milieu rural : la Banque mondiale au chevet de l’Egypte

0

L’Egypte va bénéficier un prêt de 300 millions $ de la Banque mondiale (Bm) en vue de boucler le financement nécessaire à la mise en œuvre du Programme national d’assainissement en milieu rural (Pnrs) du pays. C’est ce qu’a annoncé, samedi 22 septembre 2018, l’institution financière mondiale.

D’après Samia Msadek, directrice par intérim de la Banque mondiale pour l’Egypte, le Yémen et Djibouti, il s’agit pour son institution d’appuyer les efforts du gouvernement égyptien visant à améliorer les services d’assainissement rural dans les gouvernorats les plus pauvres d’Egypte. Ajoutant que « s’assurer que tous ont un accès égal aux services clés est essentiel pour une croissance inclusive et une prospérité partagée ».

Pour sa part, la ministre égyptienne des Investissements et de la Coopération internationale, Sahar Nasr, a déclaré que l’accès de chaque Egyptien à des services d’assainissement de qualité constituait « une priorité nationale ».

Lancé en 2015, pour un coût initial de 550 millions $, le programme national d’assainissement en milieu rural vise à garantir des services d’assainissement de qualité à une population rurale d’environ 50 millions d’Egyptiens.

La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (Aiib) a ainsi accordé un premier financement de 300 millions $ pour le démarrage de ce programme. Cette première phase a consisté à connecter les ménages à proximité de voies navigables importantes à des systèmes d’assainissement améliorés et à décentraliser les services d’assainissement afin d’améliorer leur qualité en les rendant plus responsables vis-à-vis des citoyens.

Le financement supplémentaire de la Banque mondiale permettra, quant à lui, d’appuyer la construction ou la modernisation des installations de traitement des eaux usées selon des normes appropriées. L’objectif étant de renforcer les capacités des entreprises locales d’approvisionnement en eau et d’assainissement en améliorant leurs performances opérationnelles et financières pour, in fine, impacter la durabilité du système national d’assainissement.

Notons que la Banque mondiale dispose actuellement d’un portefeuille de 16 projets en Egypte, pour un montant total de 6,69 milliards $.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here