Le premier Salon africain de l’agriculture ouvert au Tchad

0

Face aux défis économiques climatiques et sécuritaires, l’agriculture africaine peine à prendre son envol et à se positionner comme un instrument de lutte contre la pauvreté. C’est pourquoi le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), et le gouvernement du Tchad ont pris l’initiative d’organiser le premier Salon africain de l’agriculture (SAFAGRI) qui se veut « un instrument et une vitrine d’échanges à l’échelle continentale ».

Ce premier Salon a été lancé, mardi 12 mars 2019, par le Chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby au palais de N’Djaména, capitale du Tchadienne, le premier Salon africain de l’agriculture (SAFAGRI). Il a pour le thème : « La transformation des chaines de valeur agricoles en Afrique face aux défis économiques climatiques et sécuritaires ».

Ouvert ce mardi, le SAFAGRI sera clôturé le 15 mars prochain. Plusieurs pays membres du CILSS prennent part à ce Salon (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Cote d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo), ainsi que d’autres membres de la CEDEAO, de l’UEMOA et de plusieurs régions du monde.

La rencontre de N’Djaména va permettre « de stimuler les politiques nationales et régionales de transformation des chaines de valeurs agricoles en Afrique de l’ouest, du centre et du Nord, face aux défis économiques, climatiques et sécuritaires dont font actuellement face les pays africains au sud du Sahara ».

Ouvrant le salon, le président Idriss Déby a estimé que la présence de ces pays au SAFAGRI traduit la ferme volonté des dirigeants africains de fédérer leurs énergies et de mutualiser leurs ressources en vue d’accélérer le développement économique du continent à travers l’accroissement du commerce intra-africain, porté notamment sur les « produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques ».

Soulignant que les productions agro-sylvo-pastorales occupent une place stratégique, le président Déby a noté qu’elles jouent un rôle fondamental dans l’économie des Etats africains.

Ainsi, a-t-il indiqué, le SAFAGRI est une véritable plate-forme d’échange et de partage constituant une excellente vitrine pour promouvoir l’intégration africaine par le développement des marchés.

« Nous sommes convaincus que des relations fructueuses de partenariat se tisseront entre professionnels pour assurer la promotion des produits du monde agricole de notre espace continental », a ajouté Idriss Déby, invitant par ailleurs « les participants à tirer le meilleur parti de ce salon au bénéfice de nos États et de nos populations ».

Les ambitions des promoteurs de l’événement qui annoncent plus de 200 exposants et prévoient plus de 25 000 visiteurs sont multiples et variées. Selon eux, l’événement vise à mettre en réseau les acteurs de la production et de la transformation agricole africaine, réduire les barrières aux transactions régionales, montrer toutes les potentialités des pays participants, contribuer à la lutte contre la pauvreté et au développement d’une alimentation saine.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here