Journée Mondiale de l’Eau : la Fondation SUEZ à la rescousse de 3 pays

0

La Fondation SUEZ s’est engagé, auprès d’ONG qui œuvrent pour l’accès à l’eau pour les plus fragiles dans les camps de réfugiés, les zones éloignées et les bidonvilles, à présenter trois projets au Soudan du Sud, au Bangladesh et au Niger afin de les accompagner à atteindre l’accès universel à l’eau potable. La Fondation a fait part de son intention à la veille de la célébration de la Journée Mondiale de l’Eau ce 22 mars 2019 sous le thème : « Ne laisser personne de côté ».   

HCR : faire face à la crise des réfugiés au Soudan du Sud

Le Soudan du Sud traverse une crise majeure avec un afflux de réfugiés et plus du tiers des 12 millions de citoyens déplacés, dont plus de 2 millions ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Le HCR (l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés) intervient au sein des camps, en renforçant notamment, via une approche participative, l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Augmentation du taux de couverture des latrines durables ; creusement de forages ; installation de récupérateurs d’eau de pluie et de robinets « tippy taps » ; mise en place de systèmes de gestion des déchets et des eaux grises ; distribution de kits d’hygiène, de jerrycans et de tablettes de purification de l’eau ; activités de promotion de l’hygiène : tout est mis en œuvre pour réduire l’impact de la crise, a-t-on détaillé dans les colonnes de carenews.com.

Eau & Vie : de l’eau au robinet pour les habitants des bidonvilles du Bangladesh

L’ONG Eau et Vie développe dans le bidonville de Bashanteck des programmes d’accès aux services essentiels depuis 2008. Adaptés aux conditions de vie des habitants tout en étant économiquement viables, c’est une réponse adaptée aux conditions de vie dans les bidonvilles. Eau & Vie s’appuie d’un côté sur SJP, une entreprise sociale qui prend en charge la construction et l’entretien des réseaux d’eau, la distribution d’eau et la collecte des paiements ; de l’autre sur W&L, une association locale qui assure la sensibilisation à l’hygiène, la formation de brigades de pompiers volontaires, le renforcement communautaire, et l’incubation des nouveaux services. L’ONG a ainsi donné accès à une eau potable à domicile à plus de 7 000 personnes.

Puits du Désert : l’accès à l’eau, moteur de développement socio-économique et de la paix au Nord du Niger

Le Massif de l’Aïr au Nord d’Agadez cumule les facteurs de vulnérabilité géographique, climatique, économique et politique qui se renforcent les uns les autres au risque d’enfermer durablement la région dans une situation dramatique de « survie ». C’est dans ce contexte qu’au début des années 2000, deux associations se sont créées, Les Puits du Désert en France et Tidène, son partenaire au Niger, pour venir au secours des habitants, nomades et sédentaires, les plus défavorisées et qui ne bénéficiaient jusque-là d’aucun appui extérieur. Axe prioritaire de l’intervention, l’accès à l’eau, avec un objectif ambitieux : construire ou réhabiliter 400 puits. Puis, progressivement, les programmes ont élargi leur champ d’intervention, en y intégrant toutes les dimensions du développement : santé, sécurité alimentaire, éducation, activités économiques…

Pour chaque puits villageois créé, une convention tripartite est signée afin que les populations et le chef de village s’approprient l’ouvrage ; un comité de gestion responsable de la maintenance et de l’entretien est mis en place ; enfin des séances de sensibilisation à l’hygiène sont organisées, animées par une troupe de théâtre itinérante. Et pour chaque puits maraîcher réhabilité, ce sont une vingtaine de jardins maraîchers qui sont créés, ce qui renforce la sécurité alimentaire des habitants et accroît la richesse, puisqu’à ce jour certains agriculteurs ont vu leurs revenus multipliés par 10 grâce à la vente de leurs produits.

Le programme met particulièrement l’accent sur les filles et les femmes, qui se trouvent désormais déchargées des corvées d’eau, au profit d’une meilleure assiduité à l’école pour les unes, et du développement de nouvelles activités génératrices de revenus pour les autres, via la création de coopératives de femmes. Globalement, le programme contribue efficacement à consolider la stabilité et la paix dans la région.

Rappelons que la Fondation SUEZ contribue à l’amélioration des conditions de vie de plus de 5 millions personnes dans les pays en développement grâce à son soutien à plus de 60 ONG.

Moctar FICOU / VivAfrik             

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here