Lutte pour le climat : l’Allemagne finance la recherche en Afrique australe

0

Les pays d’Afrique australe sévèrement touchés par les effets du changement climatique résultant de la sécheresse, des inondations et des cyclones seront appuyés par la République fédérale d’Allemagne dans leur lutte contre cette catastrophe naturelle. En termes clairs, le gouvernement allemand va allouer une subvention estimée à 10 millions d’euros au Centre de services scientifiques pour le changement climatique et la gestion adaptative des terres en Afrique australe (SASSCAL).

Cette subvention permettra la création de plusieurs projets dans des pays d’Afrique australe à l’instar de l’Afrique du Sud, de l’Angola, du Botswana, de la Namibie et de la Zambie. « La mise en œuvre des projets grâce à cette subvention couvrira divers pays notamment l’Afrique du Sud, l’Angola, le Botswana, la Namibie et la Zambie, lesquels ont été sévèrement touchés par les effets du changement climatique résultant de la sécheresse, des inondations et des cyclones », indique un communiqué transmis à la presse.

A travers cette subvention, l’Allemagne vise à aider l’Afrique australe à se dresser contre les répercussions du changement climatique, a expliqué le SASSCAL, précisant que ce financement contribuera dans ces pays à relever les défis du changement. « Le SASSCAL a obtenu un financement de 10 millions d’euros du ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche pour la recherche sur le changement climatique. Il sera mis en œuvre dans le cadre de la deuxième phase du portefeuille de recherche et développement des capacités, SASSCAL II. Le SASSCAL II s’appuiera sur les succès du SASSCAL », note le communiqué.

Le communiqué a également rappelé les performances du SASSCAL I. « Le Centre a rapporté que dans le cadre de cette première phase un total de 23,8 millions d’euros avait été utilisé en 2012 pour soutenir 88 projets de recherche. Ceux-ci étaient axés sur cinq thèmes à savoir, le climat, l’eau, la sylviculture, l’agriculture et la biodiversité ; et ont été conçus pour intégrer la recherche et le développement des capacités », ajoute le document.  

Plus de 500 personnes et 80 institutions universitaires, gouvernementales et non gouvernementales participent aux tâches de recherche du SASSCAL I dans divers pays.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here