La Côte d’Ivoire accueille une réunion sur la durabilité de la production du Cacao

0

Les deux grands pays producteurs du cacao d’Afrique de l’ouest : le Ghana et la Côte d’Ivoire et les acteurs du secteur se sont retrouvés à Abidjan pour une nouvelle réunion des industriels et négociants du cacao avec le Conseil café-cacao ivoirien et le Cocoa Board ghanéen. Les participants ont planché sur la durabilité de la production, c’est-à-dire la lutte contre le travail des enfants, la déforestation, l’amélioration des revenus des planteurs, la traçabilité et la transparence. Ils ont échangé en outre sur les exigences des consommateurs, que les acteurs entendent répercuter pour empêcher leurs ventes de s’effondrer. La Côte d’Ivoire, le Ghana et les industriels se sont entendus sur la mise en place d’un cadre de concertation sur ces questions.

La menace brandie en juillet par deux sénateurs américains d’un boycott du cacao ivoirien si les pires formes de travail des enfants ne sont pas éradiquées dans la filière, y aura sans doute été pour quelque chose. Après le coup de pouce aux producteurs pour la saison prochaine, le Conseil café-cacao ivoirien et le Cocoa Board ghanéen s’engagent à collaborer davantage avec l’industrie sur les questions de durabilité du cacao.

Le président de la World Cocoa Foundation, qui regroupe les acteurs du secteur, Richard Scobey a félicité cette décision. « Nous avons trouvé un accord sur le mécanisme d’une collaboration cruciale et sur de nouvelles actions pour travailler ensemble sur les questions clés : la déforestation, le problème du travail des enfants, l’accélération des moyens d’existence durables des cacaoculteurs et la mise en place des systèmes de traçabilité et de transparence nécessaires pour suivre les progrès sur ces importantes initiatives. »

Si la Côte d’Ivoire et le Ghana estiment que l’ampleur donnée au phénomène du travail des enfants est exagérée, ces pays promettent de donner des gages rapidement grâce au recensement en cours. « Nous allons essayer de donner des assurances à l’industrie, au monde entier, au consommateur que nos pays font du cacao propre. D’ici fin 2020, chaque planteur sera recensé. Sa plantation sera géolocalisée et nous saurons s’il y a des enfants à risques dans les plantations », explique Yves Koné, directeur général du Conseil café-cacao.

Dominique Ouattara, très active sur la question du travail des enfants, se rend dans les prochains jours aux États-Unis pour plaider la cause de la Côte d’Ivoire.

Moctar FICOU / VivAfrik                      

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here