La mobilisation mondiale pour le climat sanctionnée par les arrestations

0

Que les défenseurs de l’environnement se le tiennent pour dit. En effet, le combat pour la cause climatique n’est pas chose aisée dans le monde. Dans la plus part des cas, des manifestants sont mal vus, ignorés ou même arrêtés. Ainsi, lors de la mobilisation mondiale pour le climat à l’initiative de l’organisation Extinction Rebellion qui a débuté ce lundi 7 octobre 2019, des arrestations ont été notées. D’autres arrestations ont été enregistrées au cours des rassemblements tenus en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.  

L’ONG Extinction Rebellion a appelé à 15 jours de désobéissance civile pour dénoncer l’inaction « criminelle » des gouvernements face au changement climatique. Des arrestations ont eu lieu dès ce lundi à Sydney, Wellington, Amsterdam et Londres. Dans la ville néerlandaise, une cinquantaine d’activistes ont été appréhendés devant le Rijksmuseum, d’où devait s’élancer le cortège. Les manifestants ont refusé de démarrer pour parcourir le trajet autorisé et ont entre-temps été rejoints par des centaines d’autres. La police a par ailleurs saisi des dizaines de tentes et du matériel destiné à la mise en place d’un campement.

A Londres, une vingtaine de militants ont été interpellés en marge de l’installation d’un barrage devant le ministère de la Défense. La police n’a pas donné davantage de détails, mais elle a précisé que 11 activistes avaient aussi été appréhendés durant le week-end en raison de « soupçons de préparation de nuisance publique et d’obstruction au travail » des forces de l’ordre. Plusieurs « occupations pacifiques » sont encore prévues lundi dans la capitale britannique. A Bruxelles, les activistes du mouvement planifient une incursion dans le jardin du Palais royal samedi.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here